Kasaï Central : “Le président de la FEC doit répondre devant la justice pour diffamation et imputation dommageable “, (Porte-parole de Martin Kabuya)

Publicité sponsorisée

bulding administratif Kasaï Cental

Dans une réplique aux accusations portées contre le gouverneur déchu du Kasaï Central Martin Kabuya Mulamba Kabitanga et l’ensemble de son gouvernement sur un prétendu détournement d’une somme de 600.000 dollars américains, le conseiller spécial et porte-parole de Martin Kabuya est sorti de son silence.

Pierrot Mutela Mukendi a, au cours d’un entretien réalisé avec L’INTERVIEW.CD ce dimanche 19 juillet 2020, démenti énergiquement les allégations à charge de son patron.

Selon lui, le président provincial de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) doit répondre devant la justice pour prouver ses accusations portées contre l’ancien chef du gouvernement provincial du Kasaï Central frappé par la motion de censure en juin dernier.

“Dire que le gouvernement provincial du Kasaï Central a détourné une bagatelle somme de 600.000$ issue de la taxe conventionnelle c’est bien bon.
Mais monsieur Jean Asaka qui a parlé à titre individuel doit répondre devant la justice pour la diffamation et imputation dommageable à l’égard de son excellence Martin Kabuya “, a déclaré Pierrot Mutela.

L’homme soupçonne une main noire qui serait derrière la dénonciation faite dans les médias la semaine dernière par Jean Asaka Tshombe, président provincial de la FEC/Kasaï Central.

Pierrot Mutela Mukendi note par ailleurs que depuis l’instauration de cette taxe conventionnelle en 2017 du temps du gouverneur intérimaire Justin Milonga, la caisse de la direction générale des recettes du Kasaï Central n’a jamais enregistré pareille somme.

Toutefois, le porte-parole du gouverneur déchu indique que le président de la FEC sera mis en mal devant sa conscience pour des propos sans preuves tenu dans le seul but de ternir l’image de Martin Kabuya.

Notons que Jean Asaka Tshombe, président de la fédération des entreprises du congo (FEC) avait dénoncé le détournement par le gouvernement du Kasaï Central de 600.000$ de la taxe conventionnelle, pour une période allant de mars 2019 à juin 2020.

Cette taxe est résultante d’une convention entre le secteur privé composé notamment de la FEC, FENAPEC et COPEMECO, structures d’encadrement des opérateurs économiques pour la reconstruction de la province du Kasaï Central.

Pierre Love MUKENDI/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée