Assassinat de Chebeya et Fidèle Bazana : l’Asadho attend que les véritables auteurs et commanditaires soient traduits en justice

Publicité sponsorisée

Floribert Chebeya et Fidèle Bazana

Cette ONG estime ceux-ci sont en liberté alors que des personnes innocentes ont déjà fait neuf ans en prison dans le  cadre de cette affaire.

Pour l’Association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho), les véritables auteurs et commanditaires de l’assassinat de ces deux défenseurs des droits de l’homme doivent être traduits en justice.

Le président de cette association, Mè Jean-Claude Katende, fait remarquer que la justice n’avait pas été rendue de manière indépendante dans ce dossier du meurtre de Floribert Chebeya et de Fidèle Bazana. Cette position est également soutenue par la Voix des sans voix pour les droits de l’homme, l’ONG dont les deux défenseurs des droits de l’homme étaient respectivement Directeur exécutif et membre ainsi que par d’autres activistes des droits de l’homme, qui pensent que les vrais coupables, dans ce double assassinat, restent en libertés et jouissent de certains privilèges.

Dans son plaidoyer, Jean-Claude Katende appelle notamment à la libération des prisonniers arrêtés dans cette affaire. Ceux-ci, note-t-on, purgent leur peine depuis près de 9 ans maintenant et ne sont pas, selon lui, les vrais commendataires. « Nous avons besoin que les personnes qui sont en détention – que nous nous pensons qu’elles sont vraiment innocentes, qu’elles ne devraient pas être là – doivent en fait profiter de cette décrispation politique pour que le dossier Chebeya soit rouvert et que les véritables auteurs et commanditaires soient traduits en justice », a souligné le président de l’Asadho.

Floribert Chebeya et Fidèle Bazana ont été assassinés, rappelle-t-on, le 2 juin 2010 dans les installations de Police nationale congolaise. Le corps du Directeur exécutif de la VSV a été retrouvé dans la périphérie de Kinshasa, à Mitendi, alors que celui de son compagnon d’infortune, Fidèle Bazana, n’a jamais été retrouvé.

Par rapport à la commémoration de leur disparition, la VSV a informé sur le report au 5 juin 2019 de cette manifestation organisé chaque 1er juin.

Au sujet de ce dossier, un témoin dans cette affaire, Paul Mwilambwe exile aujourd’hui au Sénégal, demande son extradition à Kinshasa pour être juge en Rdc. En effet ; témoin clé de l’assassinat de Floribert Chebeya en 2010 à Kinshasa, il estime que l’élection de Felix Tshisekedi permet désormais la tenue d’un procès juste dans son pays.

 

Lucien Masidi

Justice : l’Asadho appelle à la libération des condamnés dans le procès de l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila

 

Publicité sponsorisée