RDC/Covid-19 : Déconfiner intégralement aujourd’hui, est contreproductif (Opinion libre)

Pour un analyste indépendant

Depuis la réunion stratégique tenue à l’Hôtel du Gouvernement le mercredi 10 juin dernier et à laquelle participaient des ministères sectoriels, le Gouverneur de la ville de Kinshasa et le commandant de la ville, tous les Congolais espéraient l’annonce du déconfinement non seulement de la commune de la Gombe mais aussi du reste du pays, 4 jours après. Se référant à la déclaration du Gouverneur Gentiny NGOBILA

Mais, il se fait que jusque mercredi 17 juin à 20H, aucune décision de déconfinement n’a été annoncée. A quoi est-dû ce silence ? se demande t – on dans l’opinion. Les membres de la FEC de qui on attendait un avis technique, ne l’ont pas fait nous semble-t-il pour des raisons que personne n’explique à l’opinion.

Les autorités au niveau de l’exécutif national attendent-elles l’avis de l’équipe de riposte contre le COVID-19 que dirige le professeur Jean Jacques MUYEMBE NTAFUM ? Difficile en tout cas de présager quoi que ce soit à ce stade des débats.

Mais un analyste indépendant qui a requis l’anonymat que nous avons interrogé hier, la question du COVID-19 dit-il, est  hautement stratégique et délicat. Cette épidémie touche pratiquement tous les pays du monde. C’est pourquoi d’ailleurs on la qualifie de pandémie. A son humble avis, il n’est pas permis de s’hasarder à prendre une décision sur le déconfinement si on n’a pas suffisamment mûri tous les contours de la question.

Pour Mr. Kambale en effet, Déconfiner Gombe ou intégralement comme le commun des kinois le souhaite, est tout simplement contre-productif.

Car les raisons pour lesquelles Gombe a été confinée à savoir : limiter la propagation de la maladie du COVID-19 et la contenir, n’ont pas été rencontrées. Le nombre de personnes contaminées, a déjà franchi les 5000 (cinq mille) cas. Et le nombre de décès lui, oscille autour de 115 (cent quinze). Alors que quand Gombe était confinée le 06 avril 2020, il n’y avait pas encore cinquante cas contaminés et l’on dénombrait moins de 5 décès.

Devant le nombre exponentiel des personnes atteintes du Covid-19 et face à la croissance des décès, aussi bien dans la capitale que dans certaines provinces du pays, il y a lieu de se demander s’il est prudent d’ouvrir totalement l’espace.

Il y a en tout cas risque d’exposer dangereusement la population. Dans un pays qui ne dispose pas assez d’infrastructures sanitaires, d’équipements médicaux et de lits suffisants, l’on devrait avancer prudemment et avec méthode plutôt que de s’affoler. Un proche du bureau de la riposte de Covid-19 estime que 8 semaines étaient encore nécessaires pour bien contrôler l’épidémie.

Par contre, les autorités du pays devraient étudier comment rouvrir et relancer certains commerces et activités pour ne pas asphyxier l’économie et le vécu quotidien des citoyens.

L’Etat a donc la difficile tâche en même temps  de protéger la santé de la population et de sauver aussi le secteur économique. Il doit donc savoir marcher sur les œufs sans les casser. Saura-t-il relever ce défi ?

Par ce qu’il ne faut pas non plus suivre l’exemple de la Chine qui a commencé très tôt le déconfinement, mais qui se retrouve aujourd’hui face à la résurgence de la maladie du Covid-19. Qui, selon des spécialistes, risque de causer plus de victimes qu’avant. A ce jour, plus de 150 nouveaux contaminés sont déjà repérés à Pékin. Cela doit nous interpeler car il ne sert à rien de courir sans s’assurer de là où l’on va.  

Jean Pierre SEKE/L’INTERVIEW.CD