Propos négationnistes de Kagame : double sit-in de la société civile à Bukavu pour exiger des excuses au président rwandais

Publicité sponsorisée

sit-in de la société civile à Bukavu

Les acteurs de la société civile du Sud-Kivu ont organisé un double sit-in ce mardi 01 juin d’abord devant l’Institut français de Bukavu puis devant le bureau de coordination de la société civile.

Cette action avait pour but de dire non aux propos négationnistes du Président rwandais Paul Kagame attestant qu’il n’y a jamais eu de crimes à l’Est de la République Démocratique du Congo, mais aussi pour soutenir le prix Nobel de la paix le docteur Denis Mukwenge qui figure parmi ceux qui plaident en faveur de la reconnaissance des crimes en RDC mais le Président Rwandais l’avait accusé d’être un outil que l’on ne perçoit pas.

Lire aussi

Sud-Kivu/Propos négationnistes de Kagame : La société civile appelle à un sit-in à l’institut français de Bukavu ce mardi

Adrien Zawadi, président du bureau de Coordination de la société au Sud-Kivu, indique que le président rwandais avait craché sur la mémoire de toutes les victimes et leurs familles et cela sans tenir compte du Président Félix Tshisekedi.

«La vie humaine est sacrée et à ce titre, il n’y a pas de grands et petits génocides. Il y a eu des crimes graves au Rwanda en 1994 et tout le monde est d’accord. Mais il y en a eu aussi en République Démocratique du Congo depuis 1993 jusqu’à aujourd’hui. Tous méritent justice et réparation. Depuis 1994 à l’issue de l’opération turquoise menée par la France au Rwanda notre pays la RDC en général, le nord et le Sud-Kivu en particulier, ont accueilli des milliers de réfugiés Rwandais fuyant le génocide. Depuis lors, la présence de ces réfugiés est devenue une cause majeure des problèmes que subit l’Est du pays depuis 30 ans », a t-il déclaré.

Il ajoute que la posture négationniste du Président rwandais face aux crimes commis en RDC est une attitude d’un accusé plaidant non coupable et pense que l’essentiel pour la République Démocratique du Congo est l’installation d’un tribunal pénal afin que tous les auteurs répondent de leurs actes.

La société civile condamne aussi la France dans sa démarche de vouloir soutenir les lobbies négationnistes des crimes et invite à cet effet Paul Kagame à présenter publiquement ses excuses au peuple congolais.

Pascal Digadiga Ngao/L’INTERVIEW.CD

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée