Lomami: l’Assemblée provinciale appelle à l’implication de tout citoyen pour relever le défi de développement

Publicité sponsorisée

Lomami: l'Assemblée provinciale

Le président de l’Assemblée provinciale de Lomami, Berthos Kabey Diyal a ouvert ce mardi 30 mars à Kabinda chef-lieu de la province, la session ordinaire de mars.

Dans son discours d’ouverture, le président de l’organe délibérant a rendu hommage au président de la République, Félix Tshisekedi pour les efforts qu’il ne cesse de déployer pour le bien-être du peuple congolais à travers sa vision de l’Union sacrée de la nation qui redynamise l’État de droit et la bonne gouvernance consacrée par la Constitution de la RDC.

“Notre province fait face à un défi de développement systématique qui appelle l’implication de chaque citoyen Lomamien dans sa compétence et d’activités. C’est pourquoi, en ce qui me concerne, j’invite l’organe délibérant à travailler dans la concorde avec le gouvernement provincial afin de relever le défi et contribuer tant soit peu à l’essor de développement de notre chère province”, a-t-il déclaré.

Dans la foulée, l’élu de la circonscription électorale de Luilu sur la liste du PPRD exhorte les députés provinciaux de s’acquitter de leurs missions conformément à l’article 197 de la constitution de la RDC.

“C’est ici pour moi, l’occasion de féliciter certains d’entre vous qui ont déposé leurs initiatives législatives. À côté du défi déjà relevé, il faut signaler spécifiquement que notre province fait face au manque d’infrastructures routières sur toute son étendue, absence du courant électrique, l’insuffisance des infrastructures pouvant abriter les services publics, le taux de chômage élevé… Tout ceci exige de vous, élu du peuple des plaidoiries auprès des gouvernements central et provincial”, a exhorté Berthos Kabey.

Il sied de rappeler que cette session de mars s’ouvre conformément à l’article 55 du règlement intérieur de l’Assemblée provinciale et naturellement consacrée à la législation c’est-à-dire le vote des édits provinciaux et le contrôle parlementaire.

Daniel Ilunga/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée