Kinshasa-Brazzaville : les notables Né-Kongo s’opposent à la construction du pont route-rail




Kinshasa Brazzaville pont route rail

D’après leur porte-parole, ce projet est suicidaire pour les installations portuaires de la province du Kongo-Central.

Dans une déclaration faite le 15 mai 2019, les notables de la province du Kongo-central se sont dits opposé à la construction du pont reliant Kinshasa et Brazzaville, les deux capitales les plus rapprochées du monde,

Pour ces ressortissants du Kongo-Central, ce projet dont le début des travaux est annoncé pour août 2020 est suicidaire pour les installations portuaires de leur province. « Le pont route-rail va asphyxier les ports de Matadi et de Boma », ont-il prévenu.

Les notables du Kongo-Central promettent, par ailleurs, de mener des actions pour que ce projet soit abandonné. « S’ils veulent construire ce pont, qu’ils commencent par construire le port en eaux profondes de Banana, à Moanda », ont-ils préconisé.

Il est rappelé que de ce pont entre les deux capitales a toujours été rejetée par les ressortissants du Kongo-Central, qui posaient comme préalable, la construction du port en eaux profondes prévue à Banana, sur l’océan.

L’ex-député national et député provincial dans le Kongo-Central, Jean-Claude Vuemba Luzamba, a, en effet, été parmi ceux qui s’opposaient à ce projet. Pour lui, cette liaison entre Kinshasa et Brazzaville ferait que les gros navires qui accosteraient à Pointe Noire y débarquaient toutes les marchandises prévues pour la RDC, asphyxiant ainsi les ports de Matadi et de Boma. Ainsi donc, a-t-il soutenu en son temps, la construction préalable du port en eaux profondes à Banana mettrait la RDC et le Congo-Brazza en position d’armes égales.

Dans les menaces, ces notables Kongo sont allés jusqu’à brandir des velléités séparatistes. « Si ça continue, on risque de solliciter l’indépendance du Kongo-Central », a ajouté le porte-parole des notables Né-Kongo, Venant Wabelo, mettant ce projet sur le dos des personnes qui veulent affaiblir le Kongo-Central et la RDC.

Lucien Masidi