Kasaï Oriental – session de mars 2021 : “Le rôle d’un député n’est pas seulement de chasser un ministre, un Gouverneur soit un directeur d’un service public de l’Etat ” (Bavon Mbuyi)

Publicité sponsorisée

Bavon Mbuyi Mukuna

Dans un entretien à bâtons rompus accordé à la rédaction de L’INTERVIEW.CD ce mercredi 3 mars 2021, le député provincial de l’UDPS Bavon Mbuyi Mukuna, a réagi sur la prochaine rentrée parlementaire à l’organe délibérant du Kasaï Oriental.

Cet élu de la ville de Mbuji-mayi a tenu a éclairé sur les matières qui seront dûment traitées au cours de ladite session ordinaire de mars 2021, avec notamment le contrôle de gestion.

La Rédaction de L’INTERVIEW.CD vous propose l’extrait de cet entretien :

L’INTERVIEW.CD : Qu’est-ce que la population Est-Kasaïenne peut retenir de cette session ordinaire de mars ?

Bavon Mbuyi : C’est le 30 mars 2021 qu’il y aura rentrée parlementaire au cours d’une session ordinaire consacrée au contrôle parlementaire. Cela n’exclut pas qu’on puisse voir d’autres matières ou ce qui était resté afin que le rôle parlementaire soit joué totalement.

La population doit attendre que ses élus doivent faire leur travail normalement en contrôlant, notamment le Gouvernement, les services publics de l’Etat et les entreprises pour qu’on puisse leur rendre compte en aval de la gestion de leur patrimoine, car la gestion est au peuple et nous devons le rendre compte à tout moment.

L’INTERVIEW.CD : Est-ce l’Assemblée provinciale a dans son ADN l’idée d’interpeller l’exécutif provincial ?

Bavon Mbuyi: Pendant cette session de contrôle parlementaire, il s’agit d’un service de routine ; Interpeller un ministre par une question orale, question écrite ou questions orales avec débat.

Les gens doivent comprendre que le rôle d’un député c’est comme un garde-fou. Le rôle d’un député n’est pas seulement de chasser un ministre, chasser un gouverneur ou un directeur de service public de l’Etat, Non. Dans un premier lieu, nous voyons le contrôle de gestion, afin d’aider la haute direction d’élaguer les erreurs commises dans le passé pour atteindre le résultat qui est le bien être de notre population.

Nous devons faire notre travail régulièrement et rendre compte, parceque qu’après contrôle l’Assemblée provinciale peut procéder par des recommandations ou résolutions avant d’arriver à la sanction prévue dans le même domaine. Les gens doivent laisser les députés faire leur travail selon la loi.

Il convient de noter que plusieurs couches de la population Est-Kasaïenne ainsi que les mouvements citoyens tiennent à l’interpellation du Gouvernement provincial dirigé par Jean Maweja Muteba, accusé entre autres de “megestion “.

Crispin Kazadi/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée