Insécurité au Nord-Kivu : Les mouvements citoyens et organisations des jeunes se disent contre le discours de haine

Publicité sponsorisée

 

Les mouvements citoyens et organisations des jeunes de la province du Nord-Kivu se disent contre le discours de haine tribale et d’appel à la xénophobie que lance certains leaders politiques se servant de la guerre qui oppose les terroristes du M23 aux Forces Armées de la République Démocratique du Congo.

À en croire Hervé Amini qui s’insurge contre tous les appels à la haine, le fait de s’attaquer aux personnes sur base de leur appartenance communautaire, c’est un jeu au profit de l’ennemi.

Selon lui, le Nord-Kivu doit promouvoir la cohabitation pacifique des communautés pour l’instauration d’une paix durable.

« Personne n’a voulu naitre dans sa communauté et aucune communauté n’a le monopole de la violence ou de la suprématie sur d’autres communautés. Seul le vivre-ensemble et la cohabitation pacifique devraient être notre culture et cheval de bataille pour nous qui nous voulons une jeunesse consciente. Chaque communauté a des brebis égarées mais cela ne devrait pas tomber sur les membres des communautés non impliqués dans ses actes qui menacent l’intégrité du territoire et la cohésion nationale. Halte à la généralisation. Être de la communauté Nande ou Hunde ne fait pas de vous forcement un Mai-Mai, comme tout Tutsi n’est pas M23, tout Luba n’est pas Kamwena Nsapu, tout Mungala n’est pas Enyele, tout Hutu n’est pas Nyatura ou FDLR, tout Lendu n’est pas CODECO, tout Katangais n’est pas Bakata-Katanga, tout Bembe, Shi et Rega n’est pas Mai-Mai Mutomboki,… », a-t-il déclaré.

Il a cependant invité la population locale à éviter de victimiser les autres.

« On risque de se rabattre sur des innocents et laisser malheureusement les bourreaux. Celles et ceux qui utilisent la corde ethnique pour entrainer une fois de plus les communautés dans une guerre civile, ne soutiennent pas la paix ainsi que nos forces armées, lesquelles sont patriotiquement engagées au front pour défendre notre pays, car la violence et la haine font partie du jeu de l’ennemi pour nous diviser et mieux nous contrôler tout en brisant l’unité et la cohésion nationale », a t-il ajouté.

 

Mérite BAHOGWERHE/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée