Bunagana entre les mains du M23 : “C’est un manque à gagner pour le Nord-Kivu” (Gouverneur militaire)

Bunagana entre les mains du M23 : “C’est un manque à gagner pour le Nord-Kivu” (Gouverneur militaire)

C’est depuis le 13 juin dernier que la cité de Bunagana, dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu est occupée par le Mouvement du 23 mars (M23), qualifiée de mouvement terroriste par le gouvernement congolais.

Pour le Gouverneur militaire Constant Ndima Kongba, cette occupation de Bunagana est un manque à gagner pour la province du Nord-Kivu qui n’a plus d’entrées et sorties.

“Comme vous le savez, notre pays est agressé. Nous menons une guerre. Bunagana est vraiment coupé des autres entités de notre province. Nous n’avons plus d’entrée et de sortie ce qui est un manque à gagner pour le Nord Kivu. Ishasha n’a pas assez des capacités et Kasindi la troisième entrée. Mon souci est que cette route soit rendue fluide le plus rapidement pour faciliter les entrées et les sorties.
Vous êtes sans ignorer que nous sommes en guerre sur terre sur terrain. Si nous arrivons à la guerre économique, nous risquons d’être asphyxié et que le pire peut arriver sur nos marchés, ce qui ne sera pas bon pour notre population”, précise l’exécutif provincial.

Il ajoute par ailleurs qu’après une mission d’itinerance dans la partie Nord de la province, tous les commerçants qui font leurs transactions à partir de la douane de Kasindi ne doivent plus avoir d’inquiétude car des solutions ont été trouvées quant à ce.

Et son séjour dans la partie Nord de la province précisément à Butembo et Beni, est un cas très particulier vu que ce coin est l’épicentre de l’insécurité au Nord Kivu.

Selon lui, il y avait des problèmes avec les opérateurs économiques depuis la semaine passée où il y avait des incursions sur la route Beni-Kasindi occasionnant ainsi la destruction des outils des opérateurs économiques (véhicules) ainsi que la perte en vies humaines.

“Cette situation nous a poussée à y aller avec la FEC provinciale pour trouver la FEC locale afin de désamorcer la grève qui avait été effective suite à ce fléau et nous nous n’avons pas besoin”, a-t-il indiqué.

Réagissant sur les différentes marches anti-MONUSCO qui ont eu lieu dans son entité en début de cette semaine, le gouverneur militaire, le lieutenant général Constant Ndima Kongba déplore les bavures faites lors de ces manifestations.

“Personnellement, je comprends le ras le bol de la population. Mais, on ne pouvait pas arriver à ces actes de vandalisme. Quand il y a de tels actes, c’est tout le monde qui perd, que ça soit la MONUSCO ou la population. Il y a des maisons en location des congolais que les agents de la MONUSCO se servent comme résidence dont quelques unes ont été démolies, les outils informatiques et autres de la mission onusienne ont été pillés mais aussi saccagés. À part ces dégâts matériels, il y a eu aussi des pertes en vies humaines que ça soit dans toutes les entités où des dégâts humains ont été signalés mais côté casque bleu”, a t-il déploré.

Signalons que l’autorité provinciale s’est adressée à la presse ce jeudi 28 juillet dès sa descente de l’avion, après une mission d’itinérance dans la partie Nord de la province, notamment Butembo et Beni.

 

Mérite BAHOGWERHE/L’INTERVIEW.CD