Ville de Kinshasa : Gentiny Ngobila suspend tout nouveau lotissement jusqu’à nouvel ordre

Publicité sponsorisée

L’autorité urbaine motive sa décision par des raisons d’ordre et de sécurité.

Dans un communiqué du 2 août 2019, le Gouverneur de la Ville-province de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a annoncé la suspension de tout nouveau lotissement dans la ville jusqu’à nouvel ordre. Pour l’autorité urbaine, cette décision vise à lutter contre le « désordre » constaté dans ce secteur à travers Kinshasa.

Le Gouverneur Gantiny Ngobila déplore, en effet, le non-respect, à ce jour, des normes urbanistiques universellement admises dans les nouveaux lotissements créés au sein de sa ville. Selon l’autorité urbaine de la capitale congolaise, la situation constatée est caractérisée par la non intégration de la voirie, du raccordement en eau et électricité, des services sociaux de base (hôpital, écoles, marchés, espace verts) et l’aménagement des trottoirs ainsi que caniveaux.

De l’avis de Gentiny Ngobila, cette situation entraîne certaines conséquences notamment dont les érosions, les inondations, les glissements de terrain, les constructions anarchiques, etc.

Un document pour conduire l’aménagement de Kinshasa

Le Gouverneur Gentiny Ngobila affirme également que, pour lutter contre ce « désordre », la ville de Kinshasa s’est dotée d’un outil de référence pour son urbanisation. Il s’agit, selon lui, du Plan-directeur d’aménagement de la Ville. Ce document répondrait, a fait savoir le gouverneur de Kinshasa, aux normes universellement admises, en vue de la modernisation et de l’embellissement de la capitale congolaise.

Mais, en attendant la mise en application effective de ce Plan, dans une action concertée entre le gouvernement central et le gouvernement provincial, l’autorité urbaine de la ville-capitale, qui se dit dans l’obligation de suspendre tout nouveau lotissement dans la ville, a également prévenu que tous les travaux de construction dans les lotissements qui s’exécutent en dehors des normes évoquées doivent être considérées comme des constructions anarchiques et s’exposeraient, de ce fait, à la démolition.

Lucien Masidi

Publicité sponsorisée