Sud-Kivu : Suite à l’insécurité grandissante, Médecin Sans Frontières suspend ses activités dans le territoire de Fizi

Publicité sponsorisée

MSF

Médecins Sans Frontières (MSF) vient de mettre fin à son soutien à la fourniture des soins de santé à Kimbi et Baraka, dans le territoire de Fizi dans la province du Sud-Kivu.

Ceci est contenu dans un communiqué de presse de MSF rendu public ce mardi 01 décembre et donc une copie est parvenue à la rédaction de L’INTERVIEW.CD

L’activisme sans cesse croissante des groupes criminels et armés dans tout l’est de la RDC conduit à des violences et des attaques continues contre les populations civiles à une échelle choquante, y compris des assassinats ciblés et des actes odieux, notamment de violences sexuelles.

“Ce n’est pas une décision que nous avons prise à la légère. Mais après plusieurs incidents de sécurité visant notre personnel dans le territoire de Fizi, la prévisibilité de nouveaux incidents et potentiels dommages graves a atteint un seuil que nous ne sommes plus en mesure d’accepter”, lit-on.

Cela a un impact dévastateur sur des millions de personnes, coupées de leurs moyens de subsistance et forcées à se déplacer.

“A Kimbi, où MSF appuie la fourniture des soins de santé depuis neuf ans, l’organisation transférera toutes les activités au ministère de la Santé. A Baraka, où MSF est présente depuis 17 ans, la plupart des activités sera transférée au Ministère de la Santé. MSF maintiendra un petit nombre de services pour assurer le traitement continu, pendant les six prochains mois, des patients atteints du VIH/Sida et de la tuberculose que nous prenons actuellement en charge, ainsi que le soutien aux services de laboratoire et au personnel soignant en faveur des communautés qui ne peuvent accéder aux structures de santé du Ministère de la Santé”, éclairci cette organisation.

Et de souligner : “MSF reste engagée auprès des populations de la RDC, du Sud-Kivu et du territoire de Fizi. Sud-Kivu, comme notre projet régulier à Kalehe-comme le suivi et la réponse aux urgences”.

Notons cependant que cette décision est intervenue après le retrait d’une grande partie du personnel de Médecin sans Frontières du territoire de Fizi en juillet dernier, à la suite de plusieurs incidents violents contre les agents de l’organisation.

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée