Sud-Kivu : le Gouverneur et le Président de l’assemblée provinciale visés par une pétition de “désaveu”

Publicité sponsorisée

Théo Ngwabidje Kasi et de Zacharie Lwamira

Le gouverneur du Sud-Kivu Théo Ngwabidje et le président de l’assemblée provinciale Zacharie Lwamira sont dans le viseur des acteurs sociaux, politiques et membres des mouvements citoyens œuvrant en province.

Ces derniers viennent de lancer une pétition de «désaveu» à l’endroit de ces deux personnalités précitées pour des motifs bien élucidés et contenus dans ce document.

Pour ces acteurs, «L’union sacrée au Sud-Kivu passe par le double départ du gouverneur Théo Ngwabidje Kasi et de Zacharie Lwamira président de l’Assemblée provinciale».

Qu’est-ce qui est reproché au chef de l’exécutif provincial ?

«Non tenue de promesses de son discours programme lors de l’investiture du gouvernement provincial et inconstance politique; détournement d’une somme de 3.500.000$ destinée à la construction du tronçon routier place Mulamba-frontiere Ruzizi 1 dont le coût normal était de 1.800.000$; insécurité grandissante dans la province en général et dans la ville de Bukavu et ses environs en particulier; Spoliation, vente des maisons et parcelles de l’État(ex: parcelle de la division PME…), l’opacité, clientélisme dans l’attribution des marchés publics provinciaux (ex: vente des taxes de la province aux familiers, aux amis) ; Entretien de la mafia financière en province via E-gov en mettant la DPMER en conflit avec le ministère provincial des finances et biens d’autres ; instrumentalisation de la justice pour régler des comptes et musuler les lanceurs d’opinions contraires ; incapacité d’accompagner la gratuité de l’enseignement…»

Investi mardi 11 juin 2019 par l’assemblée provinciale, Théo Ngwabidje avait, dans son discours programme fait des promesses, partant de la restauration de l’autorité de l’Etat et garantir la sécurité des personnes et de leurs bien sur toute l’étendue de la province, lutter contre la corruption, le détournement des deniers publics, le tribalisme, le népotisme, la contusion, le clientélisme, l’incivisme et les crimes économiques ainsi que réhabiliter les infrastructures routières notamment.

Pour les pétitionnaires, toutes ces promesses sont restées lettres mortes et la population se retrouve actuellement abandonné à son triste sort.

Par ailleurs, issu du front commun pour le Congo, le pasteur Zacharie Lwamira est reproché par les pétitionnaires de :
«Caporalisation des députés provinciaux au point de les rendre déshonorés ; Blocage des initiatives parlementaires d’interpellation et autres contrôles visant l’exécutif provincial ; Incompétence de gérer et diriger l’assemblée provinciale en plus de la non maîtrise de la langue officielle ; Complicité de détournement de 3 500.000$ avec le gouverneur de province ; Népotisme et clientélisme dans le recrutement des agents de son cabinet et des agents de l’assemblée provinciale».

Au regard de ce qui précède ; «dès ce jour nous acteurs sociaux, des mouvements citoyens, politiques et autres citoyens épris du changement de la province du Sud-Kivu exprimons le désaveu totale et populaire au Gouverneur Théo Ngwabidje et au président de l’Assemblée provinciale Lamira Zacharie pour toutes ces raisons sus-évoqué,- les invitons à démissionner Et en cas d’entêtement nous passerons aux actions d’envergure pour obtenir leur destitution», ont ils exprimés.

Notons que ceci constitue la énième demande de la démission du gouverneur, la dernière en date était celle de la Cellule de Communication de l’Alliance pour le Renouveau du Congo (ARC) du 8 septembre, invitant le Chef de l’Exécutif provincial de rendre le tablier pour n’avoir pas tenu ses promesses contenues dans son programme d’actions, quinze mois après son investiture.

Pascal Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée