Sud-Kivu : « La taxe RAM est la pire escroquerie nationale jamais connue au pays », lettre ouverte à Tshisekedi

Publicité sponsorisée

Sud-Kivu taxe RAM

Plusieurs habitants de la ville de Bukavu de toutes les couches sociales confondues, sont descendues dans les rues de la ville de Bukavu, chef-lieu du Sud-Kivu ce mardi 26 0ctobre dernier, pour exiger la suppression de la taxe de registre des appareils Mobiles « RAM ».

Dans une lettre ouverte adressée au Chef de l’Etat, ces acteurs de la société civile du Sud-Kivu, demandent à Félix Tshisekedi de prendre ses responsabilités non seulement en ordonnant, sans délai la fin de la perception de cette taxe qui est payée par plus d’un congolais mais aussi de procéder à des enquêtes sérieuses sur la gestion des sommes perçues dans ce même cadre et les rembourser aux abonnés, victimes.

«L’Etat congolais, ne devrait pas seulement se limiter à extorquer sa propre population. Il devrait aussi se préoccuper de cette dernière. Que recevons-nous de notre pays ? La paix et la sécurité, l’eau et l’électricité, la santé et le logement décent, l’éducation de qualité et accessible à tous, les routes et autres infrastructures de base? Malheureusement nous ne recevons rien de tout ça », lit-on dans cette lettre ouverte, déposée dans les mains de Théo Ngwabidje, gouverneur de province.

Selon Jean Chrysostome Kijana, président national de la Nouvelle dynamique de la société civile qui a lu cette lettre devant le chef de l’exécutif provincial, indique que cette fameuse taxe « n’est qu’une escroquerie nationale » qui vient appauvrir la population qui vit dans une misère indescriptible suite à une mauvaise gestion des personnes qui sont au pouvoir.

Dans la foulée, les acteurs de la société civile du Sud-Kivu indique que les multiples voyages du Chef de l’Etat à l’étranger sont mal digérés par la population qui l’invite à réduire au strict minimum ces incessants voyages afin de s’occuper de multiple problème de son pays.

 

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée