RDC – sanctions contre les chefs Adf : le caucus des élus nationaux du Nord-Kivu sollicite des poursuites internationales




l'Adf massacre les civils Beni

Le caucus des députés nationaux du Grand Nord-Kivu dit remercier le brisement de silence de la communauté internationale ayant annoncé des sanctions contre les principaux chefs rebelles des Forces Démocratiques et Alliées (ADF) qui ont depuis longtemps été pointés du doigt comme commanditaires des incursions des égorgeurs en ville et territoire de Beni.

Ces élus l’ont manifesté à travers un communiqué rendu public mercredi 11 décembre 2019 et signé par le président de ce caucus des députés nationaux du Grand Nord-Kivu, Paul Muhindo Vahumawa.

Ces élus demandent au même moment l’élargissement de ces sanctions et le lancement des mandats d’arrêt contre ces assaillants.

“Il est urgent d’élargir les sanctions et de lancer des mandats d’arrêt international contre ces criminels sanctionnés financièrement ainsi qu’à leurs complices vivant au Rwanda, en Ouganda et en République démocratique du Congo “, rapporte le communiqué.

Il sied de signaler que les États-Unis ont annoncé des sanctions contre les chefs rebelles Musa Balumu, Mr Amigo Kabirige, Muhammad Lumisa, Élias Segujja et Amisi Kasadha pour violations graves “d’atteinte aux droits humains, aux viols massifs, aux tortures, aux meurtres et enlèvements des civils” dans le grand Nord-Kivu, plus particulièrement en ville et territoire de Beni.

Rappelons que les ADF ont déjà tués plus de 3000 citoyens, depuis leur activisme dans la partie Est de la République Démocratique du Congo.

Christopher Mulakirwa