Procès 100 jours : “Vital Kamerhe, nous te voulons libre, à défaut le silence sera rompu”, UNC Nord-Kivu

Vital Kamerhe

Attendu le 20 juin prochain, le sort de Vital Kamerhe et consorts qui sont soupçonnés du détournement des deniers publics du programme d’urgence des 100 jours du chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

En attendant la décision du tribunal, l’Union pour la nation congolaise (UNC) parti cher à Vital Kamerhe attend avec impatience l’acquittement de son président national en appelant les juges de s’en tenir qu’aux faits présentés.

“L’UNC Nord-Kivu n’attend que la libération de son président national car innocent sur toute la ligne. Le PGR et les avocats de la République n’ont pas été capables de démontrer sa culpabilité. Appelons donc aux juges de ne s’en tenir qu’aux faits présentés”, lancent les jeunes de l’UNC du Nord-Kivu.

Par ailleurs, sur un tableau à la permanence de l’UNC Nord-Kivu, on peut lire “Vital Kamerhe, nous te voulons libre, à défaut le silence sera rompu”.

Signalons que le ministère public et la partie civile sollicitent 20 ans des travaux forcés pour le directeur de cabinet du chef de l’État pour détournement, corruption et blanchiment d’argent. En cas de condamnation, Vital Kamerhe ne sera plus éligible à la course de la présidentielle de 2023.

JM/L’INTERVIEW.CD