Lubumbashi : les employés congolais de CDM manifestent leur ras-le-bol de leurs employeurs Chinois

Publicité sponsorisée

Lubumbashi : les employés congolais de CDM manifestent

Les agents de l’Entreprise Minière Chinoise « Congo Dongfang Muning » (CDM) installés à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga, ont revendiqué pour la deuxième fois de suite ce mercredi 2 juin, devant le bâtiment du 30 juin de Lubumbashi, siège de l’assemblée provinciale.

Des centaines d’employés exécutant les chansons de revendications en swahili, protestent contre leurs employeurs, une amélioration des leurs conditions des vies.

Dans leur mémo adressé au bureau de l’Assemblée Provinciale du Haut-Katanga, ils demandent : « Le salaire du travailleur ayant la catégorie la plus basse soit de 700$, avoir chaque mois 50 kg de farine, avoir la prime des risques, prime des nuits et de production, la prestation pour ceux qui sont au shift, deux jours des nuits et deux jours de repos et pour ceux de l’équipe du jour, de lundi au vendredi et le samedi une demi journée, dimanche pas de travail ».

Interrogé par L’INTERVIEW.CD, un employé de sexe féminin, fustige la mauvaise collaboration qui existe entre les agents et les dirigeants de CDM.

Poursuivant leur mémo, le représentant des manifestants a accentué sur  » la bonne collaboration avec les Chinois, parce que ces derniers les « maltraitent » en enchainant, diminuer l’effectif des Chinois dans l’entreprise ainsi qu’aucun agent ne soit licencié après ces revendications.

Le bureau de l’Assemblée Provinciale du Haut-Katanga, par le biais du président, Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza a promis de trouver une solution incessamment, après avoir réuni toutes les deux parties : les employeurs Chinois et les employés congolais.

Jean-Robert Djema/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée