Kinshasa-Brazzaville : le projet pont route-rail toujours loin de convaincre les Congolais de la RDC




Une marche contre le projet a été organisée hier vendredi à Matadi, dans la province du Kongo central.

Au cours de cette manifestation, les participants se disent opposés à ce projet à moins que des préalables posés par eux soient remplis. Pour les opposés au projet de la construction du pont route-rail reliant les deux capitales les plus rapprochées du monde, le port en eaux profondes de Banana est prioritaire et constitue l’un des plus grands préalables à ce projet. « Avec ce port en eaux profondes à Banana, Kinshasa et Brazzaville seront en armes égales. Et là, la construction du pont reliant les deux villes ne constituera plus un problème », soutient le député national du Kongo Centrale, Jean-Claude Vuemba.

Selon cet élu du peuple, la construction de ce pont sans  le port en eaux profondes asphyxiera les ports de Matadi et de Boma ainsi que l’économie de la province du Kongo-Central.

« Le Congo-Brazzaville a son port en eaux profondes, l’Angola a le sien, le Gabon en a un. Pourquoi ces gens-là ne veulent pas que la RDC ait également son propre port en eaux profondes ? », a fait savoir le Vice-président de l’Assemblée provinciale du Kongo-Central, Edmond Luzolo.

  Au nombre de participants à la marche organisée au chef-lieu de la province par les mouvements citoyens basés au Kongo-Central dont Lucha, Tshieto et Filimbi, on a noté la présence de plusieurs officiels dont le président de l’Assemblée provinciale, les membres du bureau de cet organe délibérant ainsi que des députes nationaux et provinciaux.

A l’issue de cette marche partie de trois ronds-points dont Belvedere, Kiamvu et Kikanda, avec comme point de chute le bâtiment administratif du gouvernorat de province, un mémo a été déposé au gouverneur intérieur intérimaire, Justin Luamba Makoso.

Dans le nombre des réactions contre ce projet, il est noté que les notables du Kongo-Central se sont également prononcés ouvertement contre la construction de ce pont entre les deux villes. Toutes ces réactions ne s’opposent pas seulement à ce projet mais elles posent des préalables dont le port prévu à Banana.

Il est rappelé que ce projet de pont entre Kinshasa et Brazzaville avait déjà reçu l’aval de la Banque africaine de développement, qui avait consenti à le financer. Selon les prévisions, les travaux de ce projet devraient être lancés en 2020.

Brazzaville d’accord avec le projet

Lors de sa visite au Congo-Brazzaville, le président de la Banque africaine de développement (BAD), le Dr Akinwumi Adesina, avait annoncé, le 12 mai 2019 au Président Denis Sassou-Nguesso, que les travaux de construction du pont route-rail entre Brazzaville et Kinshasa, ce vieux projet d’intégration, débuteront en août 2020. A l’en croire, les études de faisabilité ont été déjà bouclées. Alors que les financements devraient l’être fin 2019. « Les travaux vont démarrer au mois d’août de l’année prochaine. C’est quelque chose de très important. Nous avons conclu de faire le financement avec un montant total de 660 millions de dollars avec Africa50. Et la BAD contribuera à hauteur de 210 millions de dollars pour la construction de ce pont route-rail », avait précisé le Président de la BAD, dans la conférence de presse qui avait suivi sa rencontre avce le Président Sassou.

Ce projet, note-t-on, intègre la vision du Nouveau partenariat pour le développement économique de l’Afrique (Nepad), qui le considère comme la première composante. La deuxième est le prolongement du chemin de fer long de 800 à 1 000 kilomètres entre Kinshasa-Ilebo en RDC.

Lucien Masidi.