Kasaï Central : Les voix s’élèvent pour dénoncer l’exclusion de certaines couches à la conférence sur la paix

Publicité sponsorisée

Kasaï Central

A 2 jours de l’ouverture de la conférence sur la paix et la réconciliation dans la région du grand Kasaï, plusieurs voix se font entendre pour dénoncer et condamner la mise à côté de certaines couches qualifiées d’importantes pour ce rendez-vous.

C’est notamment la nouvelle société civile congolaise qui dit n’avoir pas été associée depuis que des consultations ont commencé en vue d’une participation de tous à cette conférence.

Le coordonnateur provincial de cette structure qui l’a fait savoir, plaide pour l’inclusion de tout le monde, ce qui, selon Jean Pierre Kayumba pourrait consolider davantage la paix recherchée dans cette partie de la République Démocratique du Congo.

L’inquiétude est la même dans le camp des ex-miliciens qui qui parlent également de leur mise en marge par les organisateurs de ladite conférence.

Selon l’un d’entre ces ex-miliciens qui s’est confié à L’INTERVIEW.CD ce mercredi 7 octobre, chercher la paix sans associer ceux qui ont accepté de déposer les armes pour arriver à cet état de chose est un complot contre toute la région du grand Kasaï.

Notons que cette conférence sur la paix et la réconciliation qui ouvre ses portes du vendredi 9 au dimanche 11 octobre prochain réunira les provinces de Sankuru, Lomami, Kasaï, Kasaï Central et Kasaï Oriental dans la ville de Kananga, chef-lieu du Kasaï Central.

Plusieurs délégations se trouvent déjà sur place selon les sources du gouvernorat du Kasaï Central, notamment celle du vice-ministre de l’Intérieur qui chapeautera ces assises de 3 jours.

Pierre Love MUKENDI/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée