Kananga : Une journaliste en plein exercice de ses fonctions agressée par la police

Publicité sponsorisée

Journaliste Kananga
Marleine Kanku, journaliste de la radio Réveil FM

Depuis quelques semaines, la police nationale congolaise procéde à l’opération ville propre à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Central.

Cette opération consiste à dégager tous les occupants qui utilisent les trottoirs pour exposer les marchandises au centre ville de Kananga.

Les éléments de la police nationale congolaise transforment parfois la mission leur confiée en une tracasserie, d’après le constat fait sur terrain.

Marleine Kanku, journaliste de la radio Réveil FM et pigiste de studio Hirondelles qui a fait ce constat a voulu se rendre compte des accusations faites à l’endroit de la police par la population victime de ce traitement.

Elle a été agressée par un élément de force de l’ordre ce vendredi 19 juin 2020 en plein exercice de son travail.

“II y a des policiers qui étaient entrain de ravir les biens de la population sur l’avenue macar, quand nous on a vu cela, nous nous sommes arrêtés.
J’avais ma caméra et je voulais prendre les images et les photos. Il y a un policier qui est venu nous agressé là-bas et c’était catastrophique “, explique-t-elle.

Par résistance, la police n’a pas réussi à ravir les matériels de la journaliste qui a jouit de l’appui de la population.

Cet acte indigne davantage le coordonnateur urbain de la commission nationale des droits de l’homme “CNDH” qui a assisté à la scène.

Me Louis Mukena déplore le fait que la police censée protéger la population puisse s’evertuer en “ennemi” de la sécurité de celle-ci.

Il sied de noter que les sources policières ont démenti cette accusation.

Selon ces mêmes sources qui ont requis l’anonymat, les éléments de la police nationale congolaise déployés sur terrain procèdent à la surveillance pour le respect des mesures barrières édictées par les autorités afin de riposter contre la maladie à Coronavirus au Kasaï Central de manière générale, et particulièrement dans la ville de Kananga.

Pierre Love Mukendi/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée