Kasaï Central : La CNDH plaide pour le respect des normes sur la détention préventive

Publicité sponsorisée

Maison du Barreau Kasai central
Maison du Barreau Kasai central

L’humanité toute entière célèbre chaque 25 avril, la journée de détention préventive.

Au Kasaï Central, cette célébration est passée inaperçue.

Seulement, dans un message rendu public lundi 27 avril dans la soirée dont une copie est parvenue à L’INTERVIEW.CD, la coordination provinciale de la commission nationale des droits de l’homme (CNDH) formulé une série des recommandations à l’endroit des parties prenantes dans la chaîne judiciaire au Kasaï Central.

En vertu de différentes lois qui garantissent la liberté individuelle, la CNDH rappelle certaines dispositions de la constitution de la République Démocratique du Congo, notamment en son article 17, même si une personne détenue préventivement est bénéficiaire de la présomption d’innocence.

Dans ce document de 3 pages, la commission nationale des droits de l’homme section du Kasaï Central invite respectivement la population de toute la province, en général et de la ville de Kananga, en particulier à respecter les lois du pays afin d’éviter d’être l’objet d’arrestation ou de la détention préventive.

Lire aussi | Kasaï Central/Covid-19 : Le ministre provincial de l’intérieur rassure que la lutte évolue “très bien”

Aux officieux de police judiciaire, d’en opérer les arrestations dans le strict respect des lois en la matière et à ne pas favoriser les arrestations arbitraires;
Aux officiers du ministère public d’examiner au plus vite les plaintes de justiciables pour aboutir soit à des simples amandes transactionnelles, soit à des mises en liberté provisoire moyennant juste une caution au profit de l’état et non au profit de leurs poches.

La CNDH suggère par ailleurs au procureur général près la Cour d’Appel du Kasaï Central et à l’auditeur militaire supérieur, la restauration du contrôle permanent et l’inspection des offices inférieurs en vue de prévenir les arrestations illégales et les détentions prolongées qui favorisent le surpeuplément en milieu carcéral, peut-on lire dans ce message signé par Me Vincent Kayembe, coordonnateur provincial de la CNDH-Kasaï Central.

Dans le même message, la coordination provinciale de la commission nationale des droits de l’homme promet une descente d’inspection à la prison centrale de Kananga dès le mercredi 29 avril, avant de se rendre à Tshimbulu la 2ème ville de la province du Kasaï Central le vendredi 1er mai prochain.

Pierre Love MUKENDI/L’INTERVIEW.CD

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée