Insécurité en RDC : Le sénateur Denis Kambayi adresse une question orale au VPM Gilbert Kankonde

Publicité sponsorisée

Denis Kambayi

Inquiet de la situation sécuritaire qui prévaut à travers la république démocratique du congo, le sénateur Denis Kambayi Tshimbumbu a adressé une question orale avec débat au vice-premier ministre et ministre en charge de l’intérieur Gilbert Kankonde.

Selon l’initiateur de cette question, l’objectif est d’obtenir d’amples explications sur la situation ainsi que les dispositifs adoptés par le gouvernement de la république démocratique du congo afin de mettre fin à la recrudescence de l’insécurité sur l’ensemble du territoire national.

Au Kasaï Central par exemple, la démarche du sénateur Kambayi est diversement interprétée par différentes couches de la population.

Pour certaines personnes, cette démarche vise à destituer le ministre Gilbert Kankonde de son poste du vice-premier ministre et ministre de l’intérieur.

Ceux qui appuyent cette thèse parlent plutôt d’un agenda caché qui consisterait à trahir le Kasaï Central, pourtant bénéficiaire de la vice-primature.

Réagissant à cette position, Denis Kambayi indique que, même le Kasaï Central est dans le lot des provinces dont la situation sécuritaire est instable.

“Vous savez qu’il y a deux ou trois conseils de ministres, les ministres sont revenus sur la problématique de l’insécurité dans l’espace du grand Kasaï, particulièrement au Kasaï Central; Cela ne pouvait pas nous laisser indifférent. J’ai posé 2 questions, notamment au ministre de la Défense nationale Aimé Ngoy Mukena et celui de l’intérieur Gilbert Kankonde “, a indiqué Denis Kambayi, dans une interview accordée à la presse.

A en croire le sénateur du Kasaï Central Denis Kambayi, ces questions sont adressées aux institutions et non aux individus.

“II est vrai que le ministre de l’intérieur viendra répondre non seulement pour lui, mais même pour ses prédécesseurs “, a ajouté cet élu du PPRD.

Notons que le sénateur Denis Kambayi a invité la population de manière générale à faire confiance aux députés et sénateurs qui portent leurs voix au niveau national.

Pierre Love Mukendi/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée