Goma : Les ex-combattants appellent le Chef de l’État à prendre en main la question des groupes armés qui gangrène la RDC

300 rebelles se rendent aux FARDC à masisi

Dans une déclaration faite à Goma, Chef-lieu du Nord-Kivu, ce dimanche 05 juillet les ex-combattants du Nord-Kivu demandent au Président de la République, Félix Tshisekedi à prendre en main la question des groupes armés qui gangrène la République démocratique du Congo.

“Nous, ex-combattants du Nord-Kivu, souhaitant un Kivu sans violence et sans guerre, où les hommes et femmes obtiennent l’égalité des chances à tous les niveaux et où chacune et chacun est traité de façon équitable. Nous nous opposons à la logique erronée selon laquelle seule la violence armée peut résoudre les conflits dont l’Est de la République démocratique du Congo fait face”, a précisé Bilikoliko Mingenya Gasero, général autoproclamé du groupe armé, Union des Patriotes pour la Défense du Congo (UPDC).

Ils demandent à Félix Tshisekedi de rendre opérationnel et viable le site de transit de Mubambiro.

Lire aussi

Nord-Kivu : des ex-combattants menacent de retourner en brousse suite aux mauvaises conditions de vie

Par ailleurs, ils exhortent au Chef de l’Etat d’accélérer le processus de démobilisation et réinsertion des enfants qui ne sont pas éligibles dans l’armée ainsi que l’évacuation vers les centres de formation militaire et policière, ceux qui veulent servir le pays sous le drapeau.

“Nous avons l’impression que le plan de déstabilisation de l’Est n’a jamais quitté la table. De centaines officines politiques représentent une figure de déstabilisation du pays, comme est et a été le cas avec le CNDP, RCD, M23, ADF et d’autres groupes armés en gestion dans certains coins du pays et tout ceci pour des intérêts politiques”, indiquent t-ils.

Signalons que ces ex-combattants ont conclu qu’il est temps que le chef de l’État puisse répondre d’une manière urgente à leurs besoins afin d’encourager les autres groupes armés qui traînent encore dans la brousse et qui craignent le mauvais encadrement dont ils sont victimes aujourd’hui de se rendre.

Mérite BAHOGWERHE JEAN PAUL/L’INTERVIEW.CD