ExÉtat : cible des rebelles, le centre Ngoyi de Masisi sécurisé par tout un bataillon des FARDC

Publicité sponsorisée

fardc

Après l’assassinat d’au moins 5 élèves finalistes des écoles primaires en plein examen de TENAFEP à Masisi, les autorités territoriales ont pris d’énormes mesures pour sécuriser l’examen d’État.

Depuis ce lundi jusqu’à ce mardi 08 considéré comme la deuxième journée de la session ordinaire, il s’observe un énorme dispositif sécuritaire de tout un bataillon du 34-10ème régiment des FARDC.

Cette information est confirmée à L’INTERVIEW.CD ce mardi 08 septembre, par l’administrateur du territoire de Masisi, Kangankolo Cosmas.

 »C’est sûr, le centre d’examen basé à Ngoyi est sécurisé par tout un bataillon de nos vaillants militaires. Ce pays n’appartient pas aux rebelles et n’ont aucune compétence de sécuriser les examens nationaux. C’est pourquoi ensemble avec le service de sécurité avons décidé de déplacer ce bataillon pour la sécurité de nos futurs cadres », a-t-il confirmé.

Cependant, la session ordinaire des examens d’état a ouvert ses rideaux ce lundi 07 septembre sur toute l’étendue du territoire national. Ce dernier exercice concerne les élèves finalistes des écoles secondaires.

Pour mémoire, 5 élèves finalistes des écoles primaires ont été sauvagement assassinés par des rebelles Maï-maï (UPDC Kapasi), le 27 août dernier en plein examen. C’était en groupement Nyamaboko 2 dans le secteur Katoy en territoire de Masisi, au Nord-Kivu.

Cedrick Sadiki Mbala/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée