Dossier écoles fictives à Lomami : le chef d’antenne SECOPE/Kabinda condamné à 20 ans de travaux forcés

Publicité sponsorisée

Justice

La Cour d’appel de Lomami a rendu le lundi 10 mai dernier le verdict dans le dossier judiciaire opposant le Ministère Public aux quatre cadres de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST).

Ils étaient notamment poursuis pour faux et usage de faux en créant des écoles fictives ou non viables dans la province éducationnelle de Lomami.

Sur 4 prévenus qui comparaissaient, la Cour d’appel a acquitté trois. Ainsi, le directeur provincial de l’EPST, Pitchou Désiré Kapenga, le directeur pronvincial du Service de Contrôle et Paie des Enseignants (SECOPE) ainsi que son assistant principal Blaise Muhaba sont déchargés des préventions dont ils étaient accusés.

Par ailleurs, le chef d’antenne urbaine du SECOPE/Kabinda, Charles Muenze Mpeye a écopé de 20 ans de travaux forcés pour faux en écriture et usage de faux ainsi que le détournement des salaires des enseignants.

 

Daniel Ilunga/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée