Catégories : Politique

conflit Teke-Yaka dans le Grand Bandundu : le président Tshisekedi pointe du doigt le Rwanda

Publié par
L'INTERVIEW.CD
Sponsorisé

BEIJING – Le président de la République démocratique du Congo, Félix-Antoine Tshisekedi, a exprimé sa préoccupation lors d’une réunion avec les Congolais résidant en Chine ce jeudi 25 mai. Il a clairement soupçonné le Rwanda d’être impliqué dans l’escalade du conflit Teke-Yaka dans le Grand Bandundu.

Le conflit entre ces deux communautés a alimenté des phénomènes tels que la milice Mobondo, qui perturbe actuellement les activités dans les provinces du Kwango et Mai-Ndombe. Le ministre de l’Intérieur a aussi signalé la présence de ce groupe perturbateur dans la province du Kongo-Central.

“Les communautés Teke et Yaka ont cohabité paisiblement depuis des temps immémoriaux. Si leur relation a tourné à la discorde, c’est qu’il y a des forces sournoises à l’œuvre”, a déclaré le président Tshisekedi. Il n’a pas mâché ses mots en désignant le Rwanda comme un probable agitateur derrière les tensions à Kinshasa.

Il a déclaré : “Il se passe des choses louches et je n’ai aucune peur à dire que notre voisin, le Rwanda, n’est pas étranger à ce qui se passe à Kinshasa. Cependant, nous avons décidé d’intensifier nos efforts pour y remédier”.

Le président a annoncé que des mesures politiques et sécuritaires sont en train d’être mises en œuvre. Une commission parlementaire élargie, incluant des membres du gouvernement et d’autres personnalités, sera mise en place pour se rendre sur le terrain et enquêter sur la situation.

La question des terres semble être à l’origine de ces tensions. Selon Tshisekedi, il s’agit d’une stratégie visant à déstabiliser le Congo afin d’empêcher les élections. “Nous allons nous défendre avec acharnement”, a-t-il déclaré. “Je suis certain que nous ne perdrons pas cette bataille”.

Tshisekedi a également souligné les ambitions hégémoniques du président rwandais. “Il cherche à annexer nos territoires en raison de leurs richesses qui ont longtemps bénéficié à son pays”, a-t-il dit. “Il a déstabilisé la RDC de façon permanente et a mis en place des réseaux mafieux pour enrichir son cercle, alors que son pays reste pauvre avec une population dans la pauvreté”.

Pour contrer cette menace, le président Tshisekedi a présenté la nouvelle approche adoptée par les autorités congolaises. Elle consiste à dénoncer les actes répréhensibles, à sensibiliser la communauté internationale et à renforcer les forces armées nationales. Il a conclu en disant : “Si nous voulons la paix, nous devons préparer la guerre”.

Rédaction L’INTERVIEW.CD

cet article a été publié le 26 mai 2023 8h06

Partager
Publié par
L'INTERVIEW.CD

Articles récents

RDC : Mise au point d’Ensemble pour la République sur l’affaire Chérubin Okende Senga

Dans un communiqué daté du 1er mars 2024, l'ENSEMBLE POUR LA REPUBLIQUE exprime sa consternation…

1 mars 2024

RDC: La CENI expose la corruption dans les élections sénatoriales et gouvernementales

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) de la République Démocratique du Congo a officiellement exprimé…

28 février 2024

Le président Tshisekedi à Bruxelles pour une visite officielle

Bruxelles, 28 février 2024 - Le président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi,…

28 février 2024