Bukavu : l’exode rural et la mauvaise urbanisation parmi les causes des incendies (Congo Witness)

Publicité sponsorisée

incendie

Dans un rapport publié ce jeudi 26 septembre 2019, l’organisation Congo Witness indique que plusieurs causes sont à l’origine des catastrophes d’incendie dans la ville de Bukavu, parmi elles, l’explosion démographique et la non-urbanisation de la ville.

Congo Witness indique dans ce rapport que Bukavu compte aujourd’hui environ 2 millions d’habitants alors que cette dernière ne devrait pas accueillir environ 300 milles habitants ; citant les propos de l’ancien gouverneur du Sud Kivu, Norbert Katintima lors de son dernier passage à Bukavu.

Jadis appelée « Bukavu la verte », La ville fait face aux multiples défis, notamment celui lié à l’urbanisation, à la non-extension de la ville, par la création de nouveaux lotissements. L’exode rural s’ajoute à cette cause suite à l’insécurité à l’intérieur de la province, note ce rapport.

Congo Witness crache sur l’inefficacité du service de l’urbanisation et habitant, celui de la protection civile, et celui du cadastre qui sont pointés du doigt dans la mauvaise exécution de services qu’ils rendent à la population, bien que les responsabilités soient partagés ; les constructions anarchiques signalées ici et là dans la ville en est une preuve.

Ce rapport note que des maisons construites les unes aux autres et parfois sur des sites impropres à la construction sans respect des normes urbanistiques. Ces situations font que quand une maison brûle, du coût le reste des maisons prennent également feu.

La promiscuité des maisons, entassées les unes aux autres est l’une de causes majeures de la lourdeur de bilan en cas d’incendie à Bukavu. Le bilan s’alourdit étant donné que les interventions n’arrivent pas, suite à ces constructions anarchiques. Les gens ne laissent pas d’espace entre leurs maisons, bloquent même les servitudes, et tout cela sous l’œil impuissant des autorités compétentes.

En claire, l’absence d’une politique des gestions de catastrophes, la faible socialisation de la population sur les causes des incendies et leur mode de gestion en sont aussi des majeures raisons, peut-on lire dans ce rapport

Ainsi, l’organisation « Congo Witness » recommande au gouvernement provincial et ou national de créer de nouveaux lotissements ou alors valoriser ceux de Nyantende et de Kashusha dans le territoire de Kabare.

Aux autorités politico-administratives de doter à la ville aux villes des engins anti-incendie, et enfin limiter les constructions anarchiques surtout sur des sites impropres à la construction.

Cette organisation appelle la population Bukavienne à demeurer vigilante face aux produits flammables, et de se méfier d’agents de cadastres qui octroient frauduleusement les parcelles sur des sites impropres à la construction.

Signalons que des cas d’incendie se succèdent du jour au lendemain dans la ville de Bukavu et dans certains territoires de la province du Sud Kivu.

Depuis le début de l’année en cours, l’on note plus de 20 cas d’incendie, et qui ont occasionné d’importants dégâts matériels et humains.

De milliers de personnes sinistrés restent sans abris et parfois dans des conditions inhumaines.


Pascal D. NGABOYEKA

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée