Bukavu : des enfants reporters et parlementaires ont sensibilisé plus de 37 mille élèves et 1000 enseignants sur la “CDE” entre nov. et déc. 2019

Publicité sponsorisée

Les enfants reporters et parlementaires de la province du Sud-Kivu

Les enfants reporters et parlementaires de la province du Sud-Kivu se réjouissent du travail abattu lors des campagnes de sensibilisations sur la convention relative aux droits des enfants “CDE” et qu’ils ont menées dans différentes écoles de la ville de Bukavu entre le mois de novembre et celui de décembre 2019, et des dialogues intergénérationnels depuis le début de cette année.

Ils l’ont exprimé au terme d’une journée de plaidoyer et de sensibilisation sur cette convention organisée par la division provinciale du genre famille et enfants à Bukavu ce mercredi 18 mars 2020.

Dans leur argumentaire de plaidoyer, ces enfants reporters et parlementaires indiquent avoir sensibilisé un total de 37 187 élèves et 1 164 éducateurs établis dans 102 écoles et cela dans les trois communes de Bukavu.

En dépit des avancées du gouvernement provincial dans la mise en œuvre de la convention relative aux droits des enfants, ces enfants disent avoir relever un nombre des défis majeurs notamment la faible connaissance de la CDE et d’autres textes juridiques protégeant les droits des enfants, certains éducateurs qui continuent à violer les droits des enfants dans les écoles, etc.

Pour Noëlla Kasera, enfant reporter et élève du collège Alphajiri, des milliers d’enfants congolais en général, et du Sud-Kivu, en particulier continuent à croupir dans la misère, exposés à multiple maladies et n’accèdent plus à l’éducation. Elle appelle les autorités à prendre leurs responsabilités.

« Nous attendons que les autorités puissent prendre en compte et nous aider parce que des enfants ont les problèmes sérieux dans cette ville en particulier », a-t-elle dit.

Lire aussi

Mbuji-mayi : la ville plongée dans le noir depuis la soirée du mardi

Pour sa part, Jacqueline Ngengele, chef de la division provinciale genre, famille et enfants, dit avoir renouvelé son engagement d’accompagner les enfants dans la promotion et la protection de leurs droits cela étant sa première mission entant que division de tutelle.

« C’était une occasion aujourd’hui de renouveler notre engagement, de tout faire pour que l’enfant congolais, du Sud-Kivu puisse vivre en paix, recouvrer ses droits et jouir de ce qui lui revient selon la CDE », a-t-elle confiée.

Cette journée de plaidoyer a connu la participation du ministère de l’EPST, représenté par le directeur de cabinet et des certains enseignants et responsables d’écoles.

Pascal D. NGABOYEKA/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée