Bukavu – Attaque du centre de traitement du Coronavirus : « Aucun malade ou le personnel soignant n’ont été touchés, sauf les vitres endommagés  » (Gouvernorat)

Publicité sponsorisée

Bukavu - Attaque du centre de traitement du Coronavirus

Après les échauffourées entre les habitants de la commune de Bagira et les éléments de la PNC suite à l’assassinat d’un jeune du milieu, le gouverneur du Sud-Kivu est sorti de son silence.

En effet, ces incidents ont touchés le grand centre d’isolement et de traitement des patients de la pandémie du Covid-19.

Selon la cellule de communication du gouvernorat du Sud-Kivu, il ressort une manipulation de de certaines personnes de mauvaise foi et certains médias qui ont fait circuler des mauvaises informations, ce, pour intoxiquer l’opinion publique.

« Tout en déplorant la perte en vie humaine, il est connu de tous que perdre un être cher est une épreuve douloureuse pour tout le monde et chacun y réagit de façon unique et personnelle. A l’annonce du décès de notre compatriote, quelques jeunes ont manifesté et se sont attaqués au centre de prise en charge de Bwindi. La Police Nationale Congolaise s’est activée à remettre de l’ordre pour que la situation redevienne à la normale « , indique la cellule de communication du gouvernorat.

Lire aussi

Bukavu : “Le centre de traitement des malades du Covid-19 n’a pas été vandalisé “, dément Zozo Sakali de la société civile

Et d’ajouter :

« Le Gouverneur de Province partage toutes ses condoléances les plus émues à la famille de l’illustre disparue et rassure de son implication personnelle pour que les enquêtes ouvertes portent réparation aux préjudices subies par les victimes. S’agissant du centre de Bwindi, les projectiles ont endommagé quelques vitres, ce qui est par ailleurs regrettable mais faisons noter que la situation n’est pas de nature alarmante comme le décrivent certains médias « .

Le service de communication du gouvernorat précise que, malgré ces actes de vandalisme, le personnel soignant et les malades internés dans ce centre sont « sains et saufs » et personne ne s’est volatilisée dans la nature.

Pascal DIGADIGA NGABO/L’INTERVIEW.CD

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée