Traque des ADF à Beni : l’UPAH alerte sur l’existence des mines et restes explosifs dans la zone

Publicité sponsorisée

À l’occasion de la journée internationale de la sensibilisation aux problèmes des mines et de l’assistance à la lutte anti mines célébrée le 04 avril de chaque année, l’organisation non gouvernementale United of Protection African Humanity (UPAH) alerte la population locale sur l’existence des mines et restes explosifs dans la région de Beni.

Guy Katembo Ngavo, coordinateur de cette organisation soutient l’existence de ces engins de mort dans la région et surtout une conséquence des opérations militaires contre les rebelles ADF et d’autres groupes armés actifs dans la région.

Cette organisation qui oeuvre dans le domaine de prévention et protection appelle la population à rester prudente pour éviter de s’exposer aux problèmes des mines et restes explosifs.

“Nous sommes dans une zone opérationnelle, j’appelle la population à la prudence. Les mines sont jetées ça et là, ça ressemble souvent aux objets que nous utilisons. Ça peut ressembler à une casserole, à un gobelet, à un jouet d’enfants et autres. J’en appelle encore à la prudence. Tout ce qui nous entoure peut constituer un engin de mort comme sommes dans une zone opérationnelle “, a déclaré à L’INTERVIEW.CD ce lundi 5 avril, le coordonnateur de l’ONG UPAH.

Il cite à titre d’information, des bombes artisanales qui ont été détectées la semaine dernière en groupement Banande-Kainama en territoire de Beni. Ces engins de mort seraient installés dans la zone par les présumés ADF afin de causer du tort à la population locale, ont révélé les sources sécuritaires locales.

Milan Kayenga/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée