Tension à Goma : Des morts et des blessés après une fusillade à la petite barrière

Publicité sponsorisée

 

Dans la matinée de ce vendredi 17 juin, une vive tension a été signalée au poste frontalier appelé « petite barrière », à Goma, au Nord-Kivu.

Selon des sources locales, 4 personnes sont décédées et 2 autres grièvement blessées lors d’une fusillade.

« Parmi les personnes tuées, il y a deux policiers rwandais et un civil rwandais qui tentait de traverser au Congo et le tireur, un homme non identifié, habillé en tenue militaire. Il aurait été pris de colère, après la mort de son compagnon sur le front dans les affrontements entre M23 et FARDC », a renseigné les sources locales.

Dans un communiqué, l’armée rwandaise admet que ce militaire congolais a été tué par un officier de la police Rwandaise, mais en légitime défense. Le militaire Congolais aurait été abattu à 25 mètres à l’intérieur du territoire rwandais.

« Ce matin vers 8h45 un militaire congolais non identifié armé d’un fusil AK 47 a franchi la frontière de la petite barrière dans le district de Rubavu et a commencé à tirer sur le personnel de sécurité rwandais et les civils qui traversaient la frontière, blessant deux policiers rwandais. Un officier de la Police nationale rwandaise en service a riposté en état de légitime défense, pour protéger les civils qui traversent la frontière et les agents frontaliers. Le soldat congolais a été abattu de 25 mètres à l’intérieur du territoire rwandais. Le RDF a invité le Mécanisme élargi de vérification conjointe (EJVM) à enquêter sur l’incident. Le Rwanda a informé les autorités de la RDC et des agents frontaliers entre la RDC et le Rwanda se rendent sur les lieux. Nous assurons le public que la situation à la frontière est maintenant calme, » indique ce communiqué.

Cependant, le service de sécurité pour la République Démocratique du Congo, n’ont pas encore communiqué sur les circonstances dans lesquelles ce militaire congolais est mort.

Pour le ministère de la communication en RDC, le gouvernement congolais suit de près la situation, notamment la DGM et le mécanisme conjoint de vérification sont mis à la contribution pour faire la lumière.

Signalons qu’une équipe du Mécanisme conjoint de vérification de la CIRGL et quelques officiels congolais ont traversé la frontière entre la RDC et le Rwanda par la petite barrière pour identifier le corps du tireur.

Entre-temps, le trafic reste suspendu à la frontière entre la RDC et le Rwanda, à la suite de la marche de colère organisée, jeudi 16 juin.

 

Mérite BAHOGWERHE/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée