Sud-Kivu : Les enseignants annoncent une grève sèche dès lundi 3 août et conditionnent la reprise des cours par le respect des accords de «Bibwa»

Publicité sponsorisée

les enseignants N.U et les non payés N.P sud kivu

Sous l’égide du Syndicat National des Ecoles Conventionnées Catholiques (SYNECATH), et celui des Ecoles Protestantes (SYNEP), les enseignants viennent d’annoncer le début de la grève à partir de ce lundi 3 août, jour de la reprise des enseignements après plusieurs mois de suspension suite à la pandémie de coronavirus.

Cette décision est prise au cours de l’assemblée générale extraordinaire tenue ce mardi 28 juillet à Bukavu.

Au cours de celle-ci, les professionnels de la craie ont déploré les non respect par le gouvernement et le président de la République des engagements pris pour l’amélioration des conditions des vies des enseignants, après l’annonce de la gratuité de l’enseignement de base.

Les enseignants du Sud-Kivu exigent ainsi avant toute reprise des cours, que les accords dits de « Bibwa » soient appliqués.

« Nous venons de décider pour la non reprise des activités scolaires jusqu’au jour où l’Etat va respecter les accords de Bibwa », ont-ils martelé.

Jacques Cirirmwami, secrétaire du SYNECATH/Sud-Kivu, explique que le protocole de ces accords met l’accent sur la paie des enseignants Non Payés N.U, la suppression des zones salariales, et l’application du 2ème et du 3ème palliers.

Pendant ce temps, les enseignants des écoles conventionnées catholiques et protestantes projettent une marche ce même lundi 3 août pour les mêmes revendications.

Les délégations de tous les territoires ont rehaussé de leurs présences dans cette assemblée tenue à l’école primaire Matendo sur l’avenue Industrielle dans la commune de Kadutu.

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée