Sud-Kivu : le parti Travailliste remet en cause la gestion du regroupement AFDC-A/FCC par la coordination

Publicité sponsorisée

Sud-Kivu : le parti Travailliste

C’est dans un mémorandum adressé à la ministre Néné Nkulu, autorité morale du regroupement alliance des forces démocratiques du Congo et alliés (AFDC-A) membre du Front commun pour le Congo (FCC) que le président fédéral du parti travailliste Rigobert Lwalemirwe s’indigne de la manière dont la coordination de ce regroupement en province assume ses responsabilités vis-à-vis d’autres partis membres dont le leur.

«Un comité provincial de la coordination provisoire de notre regroupement cher regroupement AFDC-A a été mis sur pied dans la province du Sud-Kivu. Ledit comité composé de cinq personnes a été installé sans tenir compte du poids politique du parti Travailliste dans notre regroupement, ni des intérêts des partis alliés qui bénéficient d’un droit, si pas à une égale représentativité, au moins une représentation proportionnelle au poids politique de chacun d’entre eux et donc aucun parti allié n’a été représenté dans ce comité », écrit il dans ce mémorandum.

Le parti travailliste explique dans ce document que ce comportement de la coordination préjudicie les intérêts des partis alliés et risquerait de briser la «solidarité» qui pourtant les caractérise aussi bien au niveau interne de l’AFDC-A qu’au niveau de leur famille politique le FCC.

Au regard de ce qui précède, le parti Travailliste désavoue cette coordination de la l’AFDC-A/FCC conduite par Timothée Cerubala et propose à la ministre Néné Nkulu notamment de mettre en place le plus vite que possible une coordination provinciale «inclusive» tenant compte du poids politique de tous les partis alliés.

La fédération de ce parti politique cher au ministre Steve Mbikay demande en plus à Néné Nkulu d’instruire la coordination de consulter régulièrement les partis alliés pour toutes questions avant d’engager leur regroupement.

 

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée