Sud-Kivu : La province est dans une impasse orchestrée par le gouverneur et le président de l’Assemblée provinciale

Publicité sponsorisée

Théo Ngwabidje et zacharie Lwamira

C’est depuis plus d’une année maintenant que tout semble être bloqué dans la province du Sud-Kivu, rien ne va sur tous les plans. Que ça soit sur le plan sécuritaire, social, économique, infrastructurels, etc; Il faut être aveugle pour ne pas le constater.

C’est d’ailleurs au regard du tableau sombre du sous développement de la province qu’un groupe des députés provinciaux a décidé à travers des démarches légales d’interpeller le Chef de l’exécutif provincial afin d’éclairer la population sur sa vraie politique pour relever les défis qui gangrènent le développement du Sud-Kivu.

La première tentative de sa déchéance par une motion de défiance n’avait pas connu de succès en date du 26 décembre 2020 où 17 députés sur 44 présents à la plénière avaient voté pour le départ de Théo Ngwabidje Kasi; la démarche de certains élus reste soutenue et encouragé par plus de la quasi-totalité de la population et des acteurs sociaux politiques.

C’est ce qui explique la venue à charge par cette fois un groupe de huit députés qui a déposé une nouvelle motion de défiance contre l’autorité provinciale en date du 6 avril courant.

Cette initiative pourtant parlementaire est aujourd’hui à la base du blocage des activités à l’assemblée provinciale car divisant les députés.

Aucune plénière n’est organisée depuis lors pourtant le calendrier des matières inscrites pour cette session de mars a été voté.

Certains députés contactés ont affirmé sous anonymat que le président de l’assemblée provinciale aurait été contacté par le gouverneur afin que ce dernier puisse sauver sa peau en acceptant pas l’organisation d’un quelconque débat pouvant conduire à son interpellation.

Ceci est corroboré par des caricatures balancées dans les réseaux sociaux et d’autres éparpillées dans certains coins de la ville sur des échanges entre les deux personnalités qui veulent se tirer d’embarras, chacun étant noyer dans ses potes.
Ces affiches ont été observés par exemple au rond point ISP; à Nyawera à Nguba, Panzi pour ne citer que ces coins, dont certaines personnes ne les ont partagé.

Il sied de rappeler que ces députés motionnaires ont initié en date du 18 avril un meeting avec la population, ces derniers ont vite été réprimés à coups des gaz lacrymogènes et des balles par les forces de l’ordre et des blessés graves étaient enregistrés au passage.

Ces élus exigent la reprise des plénières à l’hemicycle et voir le gouverneur venir présenter ses moyens de défense sur tous ce qui lui est reproché.

En province du Sud-Kivu, si certains acteurs encouragent le dialogue voulu par le gouverneur pour desceller les voies et moyens pour la paix, la stabilité et le développement, d’autres par contre ne jurent que sur le départ dans l’urgence de Théo Ngwabidje qu’il considère comme le vrai problème du décollage du Sud-Kivu.

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée