Sud-Kivu : des militants blessés par balles et des arrestations signalées dans la nouvelle marche de l’UNC

Sud-Kivu : des militants blessés par balles et des arrestations

Les éléments de la police nationale congolaise ont traqué jusqu’au bout les militants de l’Union pour la nation Congolaise qui sont descendus dans les rues de Bukavu ce jeudi 18 juin 2020, dans une manifestation qui avait pour but d’exiger la libération et l’acquittement de Vital Kamerhe, leur président national, détenu “injustement”, disent-ils, à la prison de Makala.

Après la répression de leur manifestation par coups de gaz lacrymogènes et des balles réelles, dans plusieurs carrefour de la ville, le président de la jeunesse UNC/Ville de Bukavu Mugisho Kabunga Fidèle, donne ici le bilan de ce qu’il qualifie”barbarie policière” une dizaine d’arrestation, des blessés et des motos emportés par la PNC.

Lire aussi

Dossier Kamerhe : Double manifestation au Sud-Kivu, la police disperse des manifestations par des tirs à gaz lacrymogènes et balles réelles

“On a été trop réprimé, plusieurs de nos membres sont blessés qu’on a conduits au cachot, on a même blessé qui a été atteint par balle réelle, et est à l’hôpital Biopharme. On a ravis trois motos, il y a plusieurs de nos amis qui sont aux arrêts. On ne comprend plus rien de ce qu’on nous chante État de droits. Tel que vous le connaissez, nous avions voulu une marche très pacifique, et nous ne visions rien autre que demandé la libération de l’honorable Vital Kamerhe, détenu illégalement jusqu’aujourd’hui après toutes les séquences que tout le monde à suivi, on ne sais pas expliquer pourquoi Kamerhe reste en détention” s’indigne-t-il.

Par ailleurs, Fidèle Mugisho annonce la poursuite des actions jusqu’au jour du jugement. Ici il appelle la population à s’activer davantage pour sauver le pays, par la libération du “digne fils du pays ” Vital Kamerhe.

La police ne s’est jusque-là pas prononcée sur tous ces actes “barbares” portés à sa charge.

Pascal DIGADIGA NGABO/L’INTERVIEW.CD