RDC : un moratoire de 3 jours accordé à Christophe Mboso pour recevoir 26 députés au siège de l’Assemblée nationale (Gratien Iracan)

Publicité sponsorisée

Christophe Mboso

Le député national Gratien Iracan de Saint-Nicolas a, dans une lettre adressée au speaker de l’Assemblée nationale Christophe Mboso N’kodia ce lundi 31 janvier 2022, sollicité une rencontre avec ce dernier au siège de la Chambre basse du parlement congolais.

Ce, dans la ligne droite d’échanger avec 26 élus nationaux sur les questions visant l’intérêt du peuple congolais.

« Conformément à l’article 101, alinéa 4 de la constitution, conférant au député national le mandat et pouvoir de représentant de la Nation, en plus de l’article 34 de notre règlement intérieur alinéa 1 et 5 vous attribuant le rôle pour un bon fonctionnement de l’Assemblée nationale ainsi que le respect de l’application de toutes les dispositions légales régissant la Chambre basse du parlement, 26 députés nationaux désirent vous rencontrer dès ce lundi 31 janvier 2022 à l’heure qui vous conviendra, au siège de l’Assemblée nationale », peut-on lire dans cette lettre dûment signée par Gratien Iracan de Saint-Nicolas.

A en croire cet élu de Bunia dans la province de l’Ituri, ces 26 députés se disent « inquiets » de la gestion politique et administrative sans impact visible sur la vie de la Nation.

C’est ainsi qu’un moratoire de 72 heures a été accordé à Christophe Mboso N’kodia Pwanga pour inviter ces 26 députés, faute de quoi ils prendront d’autres dispositions légales afin d’obtenir gain de cause.

« Vu l’importance, l’urgence et la pertinence de la rencontre, dont les résolutions pourront aider le peuple congolais à retrouver la paix à l’Est, à éviter l’escroquerie liée à la perception illégale de la taxe RAM et à bien aider le Gouvernement à accomplir sa tâche et ses obligations en faveur du Peuple, nous aurons à attendre votre invitation dans les 72 heures qui suivent. Passé ce délai, ces députés seront dans l’obligation de recourir à d’autres dispositions légales mais contraignantes pour obtenir gain de cause », insiste l’esprit de la lettre adressée à Mboso N’kodia Pwanga.

Signalons que depuis plusieurs jours, la gestion de Christophe Mboso N’kodia Pwanga est doutée par plusieurs élus nationaux.

Ces derniers menacent notamment de faire tomber le bureau Mboso pour « désordres » depuis sa prise de pouvoir.

 

Crispin Kazadi Shambuyi/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée