RDC – Programme 100 jours : Félix Tshisekedi aurait admis qu’il avait été abusé par Kamerhe




Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe

Vital Kamerhe, directeur du cabinet du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi est soupçonné dans un détournement des fonds alloués aux travaux du programme d’urgence dits des «100 jours».

C’est depuis le 8 avril dernier, qu’il est en détention à la prison centrale de Makala pour la cause citée ci-haut.

Les voix se sont levées et plusieurs personnes ont pensé que le partenaire n’allait pas traîner en prison mais sans succès.

Moult fois, sa demande de mise en liberté provisoire a été rejetée.

Le procès sur cette affaire a débuté le 11 mai dernier, toujours à la prison centrale de Makala.

4 audiences ont déjà été faites.

Certaines personnes s’interrogent sur le silence du président de la République, Félix Tshisekedi.

Or, en croire le média Jeune Afrique, Félix Tshisekedi aurait reçu les procureurs Kisula Betika et Victor Mumba qui lui avaient fait part des éléments dont ils disposent contre Vital Kamerhe et que ce dernier aurait admis qu’il avait été abusé par son directeur de cabinet et partenaire.

Ce média renseigne que, le chef de l’Etat Félix Tshisekedi a encouragé Vital Kamerhe de répondre à l’invitation du parquet général près la Cour de Kinshasa/Matete, pendant que ce dernier rejetait les accusations.

« Selon nos informations, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe (et mêmes leurs épouses respectives, Denise Nyakeru Tshisekedi et Hamida Shatur) échangent directement ou via des personnes interposées depuis que ce dernier a été incarcéré à la prison de Makala », a écrit Jeune Afrique.

Jusqu’à ce jour, Félix Tshisekedi n’a pas encore remplacé Vital Kamerhe mais son adjoint assume l’intérim.

Cela aussi suscite des questionnements.

«Procès politique», «il a détourné de l’argent», «il est innocent» et tant d’autres choses se disent derrière ce procès. Il est médiatisé ce qui permet à tout le monde de suivre le déroulement.

Signalons qu’il y a eu deux jours d’instruction.

Des témoins et renseignents se sont présentés devant la barre afin de répondre aux différentes questions du juge, de la partie civile et même de la défense.

Il sied de rappeler que la plaidoirie est prévue ce jeudi 11 juin, à la prison centrale de Makala.

J.NK/L’INTERVIEW.CD