RDC : La ministre Antoinette Kipulu lance les hors-sessions de l’examen national de fin de formation professionnelle à Bukavu

Publicité sponsorisée

ministre Antoinette Kipulu

Les épreuves hors-sessions de l’examen national de fin de formation professionnelle (ENFEP) ont été lancées officiellement à Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu ce lundi 2 août 2021 et en présence de plusieurs autorités tant nationales que provinciales.

Ce lancement a été faite par la ministre nationale de la formation professionnelle, arts et métiers Antoinette Kipulu au centre d’Apprentissage Professionnel et Artisanal (CAPA) en sigle dans la commune de Kadutu.

Au total 15 600 candidats sont attendus pour la passation de ces épreuves, ceux-ci seront établis dans 176 centres à travers 30 provinces éducationnelles en République Démocratique du Congo, à fait savoir la ministre.

Dans son mon mot de Bienvenu, la ministre de l’EPST au Sud-Kivu Géneviève Mizumbi a salué le choix de sa province pour le lancement des dites épreuves, avec un total d’un peu plus de 2220 candidats.

La patronne de la formation professionnelle a remercié le président de la République Félix Tshisekedi qui a fait de ce secteur un des piliers moteurs du développement et une réponse à la problématique du chômage, ainsi que le 1er ministre Sama Lukonde qui, grâce à son engagement les «tous premiers examens» sont organisés dans ce secteur sur l’ensemble du pays.

Lire aussi 

RDC : Antoinette Kipulu à Goma pour lancer les examens de la formation professionnelle

Elle a par la même occasion souligné que les examens ordinaires seront bel et bien organisés en début du mois de septembre, aux termes desquels les lauréats obtiendront des brevets ainsi que des diplômes professionnels.
Avant des finir ses propos, Antoinette Kipulu a souhaité une bonne chance aux candidats et les a appelé à plus d’assiduité et de confiance en soi durant la période de passation de ces épreuves qui va du 03 au 07 aout courant.

Notons la présence à cette cérémonie du 2ème vice-président de l’Assemblée Nationale Vital Muhini (ancien directeur du CAPA), du ministre des droits humains Fabrice Puela, du gouverneur Théo Ngwabidje et des délégués de la présidence et de la primature.

 

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée