RDC : “La loi de la majorité n’est pas nécessairement synonyme de vérité ou de raison, ni garantie de cohésion sociale “, estime la CENCO

Publicité sponsorisée

RDC - Covid19  La CENCO annonce incessamment des mesures restrictives

Réagissant sur les propositions de lois déposées par Aubin Minaku et Garry Sakata au Bureau de l’Assemblée nationale, dans une déclaration faite ce samedi 27 juin, la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), a estimé que “la loi de la majorité n’est pas nécessairement synonyme de vérité ” ou de raison, ni garantie de cohésion nationale.

“Une majorité parlementaire, si légale soit-elle, perd sa légitimité quand elle est déconnectée des intérêts et du bien-être du Peuple “, indique le Cardinal, Évêques et Archevêques membres de la CENCO.

Pour eux, les lois ne doivent pas être taillées sur mesure selon les ambitions des leaders politiques, partis ou des plateformes politiques.

En outre, ils exhortent le Bureau de l’Assemblée nationale à “surseoir” l’examen des projets des lois contestées.

“Chercher à faire passer l’examen de ces questions par des coups de force risquerait de plonger le pays dans le chaos “, précisent-ils.

Sagissant de nouveaux animateurs de la CENI, la CENCO déclare qu’il faut préalablement réformer par consensus le système électorale de la RDC particulièrement l’organisation et fonctionnement de la CENI ainsi que la loi électorale.

J.NK/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée