RDC-gratuité de l’enseignement : Willy Bakonga dit non à l’instrumentalisation des élèves et appelle les chefs d’établissements à l’ordre

Willy Bakonga

Le Ministre d’État en charge de l’enseignement primaire, secondaire et technique, Willy Bakonga Willema, s’est dit très déçu de récentes manifestations organisées par les syndicats des enseignants, des chefs d’établissements et élèves du primaire et secondaire.

Le ministre de l’enseignement primaire et secondaire et technique, a exprimé ce samedi 24 octobre à Kinshasa cette désolation au cours d’une rencontre qui l’a eu avec les directeurs provinviaux de l’EPST, les coordonnateurs des écoles et les chefs d’établissements, réunion à laquelle était associée le secrétaire général de l’enseignement.

Accompagné du vice ministre Didier Budimbu, le ministre d’État a d’abord fait l’état de lieu de la gratuité de l’enseignement de base et il a promis des sanctions sévères à l’endroit de ceux qui tenteraient de saper cette réforme aux résultats pourtant palpables.

Il a ainsi rappelé quelques acquis de son ministère depuis son installation, entre autres le payement de 132.000 non payés et bientôt 58.000 nouvelles unités du primaire.

Willy Bakonga prône pour une bonne qualité de l’enseignement basé sur un bon encadrement et traitement de l’enseignant.

En outre, il prévient qu’aucun dérapage ne sera plus jamais toléré et des révendications soient-elles doivent se faire sur le lieu de travail.

“Dès ce lundi, les enseignants et les élèves doivent être en salle de classe à partir de 7h30, sous le contrôle des préfets et chefs d’établissement” a-t-il dit.

Willy Bakonga prevoit par ailleurs une descente dans quelques écoles pour s’assurer du respect de ses instructions.

Mérite BAHOGWERHE JEAN PAUL/L’INTERVIEW.CD