RDC : Au total, 739 cas de violation des droits de l’homme documentés par le BCNUDH au mois de juillet dernier

Publicité sponsorisée

BCNUDH UN-droits-homme

Le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) en République démocratique du Congo, a dans une note publiée ce jeudi 3 septembre, documenté 739 violations des droits de l’homme sur tout le territoire national, soit une augmentation de 10% par rapport au mois de juin (670 violations).

Le BCNUDH explique que cette augmentation reflète une hausse du nombre de violations attribuables à des agents de l’Etat (+13%) ainsi que du nombre d’atteintes commises par des combattants de groupes armés (+8%).

En particulier, des militaires des Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont été responsables en juillet d’un nombre croissant des violations dans les provinces du Nord-Kivu, du Tanganyika et du Kasaï Central.

Sur l’ensemble du territoire, les agents de l’Etat sont responsables de 44% des violations documentées, dont les exécutions extrajudiciaires de 55 personnes, dont au moins 11 femmes et deux enfants, tandis que 56% ont été commises par des combattants de groupes armés, dont les exécutions sommaires de 248 personnes, dont au moins 34 femmes et 11 enfants.

Plus de 94% des violations documentées en juillet ont été commises dans les provinces affectées par les conflits (695 violations), entrainant la mort d’au moins 294 civils, dont au moins 43 femmes et 13 enfants.

Les groupes armés restent les principaux auteurs, avec 59% des atteintes documentées.

Parmi toutes les parties en conflit, les principaux auteurs sont les militaires des FARDC soit 24%

Tandis que les combattants Nyatura ont commis la majorité des atteintes aux droits de l’homme documentées, soit 22 %

La province du Nord-Kivu demeure la plus affectée (383 violations, soit 55% des violations commises dans les provinces en conflit).

Elle est suivie de l’Ituri (95 violations), des trois provinces du Kasaï (81 violations), du Tanganyika (59 violations) et du Sud-Kivu (51 violations).

En juillet, 30 femmes ont été victimes de violences sexuelles liées aux conflits, une diminution par rapport au mois précédent (52 victimes).

Les agents de la Police nationale congolaise (PNC) en sont les principaux responsables (57% des violations).

Pascal Digadiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée