Nord-Kivu – Insécurité à Goma : vers la délocalisation du camp militaire de Katindo

Publicité sponsorisée

Goma

La demande exprimée par plusieurs députés provinciaux et nationaux de pouvoir délocaliser le camp militaire Katindo, de la ville de Goma vers une zone périphérique, va être étudiée. C’est une des solutions proposées au niveau de l’Assemblée Nationale par certains élus, au problème d’insécurité toujours décrié à Goma.

Faisant partie de la commission chargée d’évaluer cette possibilité, le Député national José Mufula indique que ces travaux d’étude débutent déjà ce Lundi 31 Août 2020.

“Nous sommes là parce que je fais partie de la commission parlementaire Défense et Sécurité qui va étudier la possibilité de la délocalisation du camp Katindo, nous commençons le travail déjà aujourd’hui lundi en vue de trouver des solutions qui pourraient mettre fin à l’insécurité dans notre province”, a dit Josué Mufula, élu de la ville de Goma.

Au sujet de la campagne de ramassage d’armes et munitions entamée par son collègue Patrick Munyomo, il pense que celle-ci ne fait qu’encourager les bandits illégalement armés.

“Plutôt que de gratifier des bandits qui détiennent illégalement des armes, moi, je proposerai à ce que l’on puisse procéder l’intensification de bouclages, dans tous les 18 quartiers de la ville de Goma et ses environs  pour faciliter de récupérer les armes qui seraient garder dans des maisons de Goma. En plus de cela, la loi congolaise interdit la détention illégale d’armes et munitions, c’est normal de donner de l’argent à celui qui détient illégalement une arme est une infraction qui doit être poursuivie”, estime Josué Mufula.

Pour rappel, il s’annonce depuis lors une campagne imminente de ramassage d’armes à feu en ville de Goma initiée par Patrick Munyomo; cette démarche ne cesse de susciter des réactions au sein de différentes couches populaires de Goma.

Mérite BAHOGWERHE JEAN PAUL/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée