Manifestations anti-MONUSCO : Le politologue Éric Lukyo conseille la population à initier plutôt une pétition

Publicité sponsorisée

manifestations anti-MONUSCO

La procédure pour faire partir la MONUSCO de la RDC doit se faire d’une manière légale. Le politologue Eric Lukyo Kitambala indique qu’au-delà des manifestations populaires contre la MONUSCO, il faudrait surtout réfléchir en termes de pétition pour rendre la lutte plus efficace.

Le chef de travaux Lukyo affirme que les manifestations observées à Beni, Butembo, Kanyabayonga et Goma ne sont que l’expression de la colère de la population qui a longtemps souffert suite à l’insécurité grandissante malgré la présence de la MONUSCO.

« Si nous voulons que la MONUSCO parte, au delà des manifestations, nous devons réfléchir comment initier une pétition et commencer à récolter des signatures. Si on atteint 100.000 signatures et plus, nous orientons le dossier au parlement et ce sont les députés qui vont voter la loi et suivre la procédure. Les manifestations qui s’observent dans la population ne sont qu’une expression socioéconomique de la population qui est en colère », a déclaré l’enseignant Éric Lukyo.

Il précise que seule, l’annulation des accords signés entre le gouvernement de la RDC et le conseil de sécurité de l’ONU après la pétition, peut conduire au retrait de la MONUSCO et non les nombres de jours de manifestations et des casses.

En rappel, la MONUSCO a totalisé environs 23 ans en RDC parce qu’elle a été invitée au pays sous le règne du Mzee Laurent Désiré Kabila en Novembre 1999.

La MONUC avait pour objectif de stabiliser la RDC pendant le temps de la rébellion.

Lors des récentes manifestations anti-MONUSCO, au moins 38 personnes sont mortes à Goma, Butembo et Kasindi avec d’autres dizaines des blessés.

Milan Kayenga/ L’INTERVIEW.CD

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée