Lomami- EPST : La société civile met en garde les chefs d’établissements qui exigent aux finalistes les frais des mois non enseignés

Publicité sponsorisée

Lomami-centre-ville

La Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC), coordination provinciale de Lomami, est indignée des allégations qui proviendraient de certains chefs d’établissements qui prétendent exiger le paiement des frais scolaires aux finalistes de tous les mois non enseignés.

Dans un communiqué parvenu ce samedi 08 août à la rédaction de L’INTERVIEW.CD, cette structure citoyenne indique que pendant la période de confinement, aucun enseignant n’avait dispensé les cours.

« Nous conseillons aux parents qui ont la possibilité de le faire de penser une fois et de solidariser avec ceux qui ne le peuvent pas. Aussi, mettons en garde ces chefs d’établissements qui veulent ignorer sciemment la souffrance des parents connue en ce temps crucial causé par la Covid-19 », écrit le coordonnateur provincial de la Nouvelle Société Civile Congolaise, Anicet Minga.

Il a en outre, appelé à cet effet les autorités politico-administratives et judiciaires de prendre toutes les dispositions pour ne pas laisser ces autorités scolaires saboter les efforts du Chef de l’État, Félix Tshisekedi qui compte sur la formation de la jeunesse.

Il faut signaler que d’après plusieurs sources, certains chefs d’établissements de la province de Lomami auraient exigé aux élèves finalistes des humanités de payer les frais scolaires au moment où il n’y avait pas cours de suite de Covid-19.

Daniel Ilunga/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée