Kasaï Central : La FMMDK déplore la situation sécuritaire préoccupante des femmes et filles

Nathalie KAMBALA LUSE FMMDK

Alors que l’humanité célèbre le vingtième anniversaire depuis l’adoption de la résolution 1325 par les nations unies ce 30 octobre, l’organisation non gouvernementale Femme main dans la main pour le développement du kasaï (FMMDK) regrette que les conditions sécuritaires des femmes et filles au Kasaï Central soient toujours délétères.

Dans un message publié ce jeudi 29 octobre à la veille même de cette date historique, la coordonnatrice provinciale de FMMDK note que les femmes et les filles vivant dans cette partie de la République démocratique du Congo ont payé et continuent à payer le lourd tribu suite aux évènements de tristes mémoire que la région du Kasaï a connu lors des affrontements entre la milice et les forces de sécurité, au point de compromettre ainsi tout leur avenir.

Nathalie Kambala Luse ajoute dans ce message dont une copie est parvenue à la rédaction de L’INTERVIEW.CD qu’il n’est un secret pour personne que les femmes, les jeunes et petites filles ont été livrées, soumises à l’esclavage sexuel, aux mariages et grossesses forcés et à la prostitution comme conséquence de l’utilisation des violences de toutes sortes dont en particulier, celles sexuelles comme arme utilisée par les belligérants.

Cette actrice de la société civile engagée dans la lutte contre les violences basées sur le genre déplore également que même la famille, espace naturel prétendu être une garantie sécuritaire pour tout être humain est devenue ce jour ici la scène des violences graves et d’abus sexuels envers les femmes, les jeunes et petites filles.

Nathalie Kambala plaide par ailleurs pour que des efforts soient consentis tant au niveau local, national et international pour que les objectifs assignés soient atteints dans la mise en œuvre de la résolution 1325, même si son exécution vingt ans après pose problème au Kasaï Central.

Pierre Love MUKENDI/L’INTERVIEW.CD