Kasaï Central : la CNDH plaide pour la révision de la loi portant protection et assistance de déplacés internes

Publicité sponsorisée

Vincent Kayembe Tshiamumanya

Au lendemain de l’éruption volcanique de Nyirangongo à Goma dans le Nord-Kivu, la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), coordination provinciale du Kasaï Central partage le calvaire que traversent les concitoyens de la partie Est, de la République Démocratique du Congo.

Suite à cette catastrophe naturelle, le coordonnateur de la CNDH-Kasaï Central note que des mouvements inhabituels sont constatés notamment avec les déplacés internes.

A cet effet, Vincent Kayembe Tshiamumanya place l’état congolais devant ses responsabilités pour garantir les droits reconnus à ces personnes en situation de détresse.

Il plaide auprès de l’assemblée nationale de réexaminer la loi de 2014 portant protection et assistance aux personnes déplacées internes.

“Je m’adresse à l’assemblée nationale, au parlement Congolais, il y a une loi qui est restée aux tiroirs, au moment où nous parlons qui est en jachère, c’est la loi portant protection et assistance aux personnes déplacées internes. Que le parlement puisse réexaminer cette loi”, a dit Vincent Kayembe, coordonnateur provincial de la commission nationale des droits de l’homme au Kasaï Central.

A l’assemblée provinciale, il invite les élus non seulement de proposer un édit pour la sécurité des personnes déplacées internes qui se trouvent dans cette partie du pays, mais de le soumettre très rapidement au vote vu que les conflits de Kamuina Nsapu ont laissé des victimes qui ne savent à quel sein se voué.

Ce défenseur des droits de l’homme plaide également pour la création de services d’alertes précoces en vue de prévenir toutes surprises.

Pierre Love MUKENDI/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée