Kasaï-Central: « Je n’ai jamais volé ou détourné l’argent des députés » (Patrice Aimé Sesanga)

Publicité sponsorisée

Kasai-Central Patrice Aimé Sesanga

Au cours d’un point de presse tenu à Kananga ce lundi 23 août, le président de l’assemblée provinciale du Kasaï Central a balayé les accusations portées contre lui par ses collègues députés provinciaux au sujet d’une enveloppe envoyée à la première institution par le gouvernement provincial du Kasaï Central.

Depuis quelques jours, ce sujet alimente le débat dans les stations de radios et chaînes de télévisions locales dans la ville chef-lieu de la province.

Dimanche 22 août dernier, 15 élus provinciaux ont signé une déclaration dans laquelle ils dénonçaient le détournement d’une somme de 33 millions de francs congolais envoyée à l’organe délibérant du Kasaï Central, à titre d’invisibles.

Réagissant à ces allégations, le président de l’assemblée, pointé du doigt accusateur a indiqué qu’il s’agit tout simplement d’une campagne visant à « saper son honneur et sa dignité ».

« Je n’ai jamais volé ou détourné l’argent des députés provinciaux du Kasaï Central. Certes, j’ai reçu 33 millions de francs congolais de l’exécutif provincial, mais avec mention » appui à l’assemblée ». Ce ne sont pas les invisibles comme on prétend le dire. Je sais qu’ils font tout ça pour saper mon honneur et ma dignité. Je ne suis pas un magasin de chagrins, je vais les aider car ils convoitent le poste du président que j’occupe. Comme ils sont timides, je vais les aider », a déclaré Patrice Aimé Sesanga à la presse locale.

Par ailleurs, le président de l’organe délibérant du Kasaï Central a regretté qu’après avoir décidé de payer certaines dettes de cette institution évaluée à 9 millions de francs et orientée 6 millions à la réfection du siège de cette assemblée, une solution en interne avait déjà été trouvée en vue de répondre aux doléances du camp de contestateurs.

Malheureusement, celui qui se fait appeler « Vieux Singe » dit avoir assisté à la campagne de sa diabolisation.

Alors qu’on s’approche vers l’ouverture de la session de septembre, et pris aux mots, l’on pressent une démission de l’actuel patron de la représentation provinciale.

Pierre Love MUKENDI/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée