Journée nationale de l’enseignement: au moins 11 enseignants sont morts dans les massacres de Beni (SYECO)

Publicité sponsorisée

Sud-Kivu les enseignants et les agents d’appoint

La journée nationale de l’enseignement est célébrée sous une méditation ce vendredi 30 avril en ville de Beni au Nord-Kivu. C’est dans un contexte de l’insécurité que la journée est célébrée dans la zone.

Le syndicat des enseignants du Congo (SYECO) district urbano rural de Beni annonce avoir documenté au moins onze cas d’enseignants tués dans les massacres des civils dans la région.

La plupart des victimes ont été exécutées « arme à la main », pendant leur profession, a indiqué l’enseignant Jérémie Kinyangwa, acteur pédagogique et membre du SYECO à Beni.

Il note une régression dans la qualité de l’enseignement à l’est du pays. Selon lui, cette situation est dûe à la guerre et la non prise en charge des enseignants.

« Aujourd’hui, on ne peut pas comparer l’enseignement de 1980 à celui de ces jours. Il y a un écart. L’enseignement est au rabais. Ceci s’explique par l’insécurité et le social de l’enseignant. À Beni par exemple, nous avons documenté au moins 11 enseignants tués dans les massacres pendant l’exercice de leur profession « , a déclaré ce professionnel de la craie.

Jérémie Kinyangwa pense qu’il faut placer un regard particulier au secteur de l’éducation afin d’améliorer la qualité de l’enseignement en RDC.

Milan Kayenga/L’INTERVIEW.CD

WhatsAppFacebookTwitterTelegramMessengerShare

Publicité sponsorisée