Dossier RAM en RDC : l’ODEP appelle l’Assemblée nationale à ordonner la surséance de ce projet “opaque”

Publicité sponsorisée

Kinshasa assemblée nationale

L’observatoire de la dépense publique (ODEP) a, dans son communiqué consulté ce mardi 4 mai 2021 par la rédaction de L’INTERVIEW.CD, appelé notamment à l’interpellation du ministre des Postes, télécommunications et nouvelles technologies de l’information et la communication (PT-NTIC), Augustin Kibassa.

Ce, en vue de fournir les explications sur la taxe du Registre des appareils mobiles (RAM) lancée en République démocratique du Congo.

“Malgré l’opposition des opérateurs des télécoms regroupés au sein de la FEC (Fédération des Entreprises du Congo), le ministre des PT-NTIC a tenu à imposer cette taxe irrégulière. Et demandé à ces derniers et à la BCC de transformer les unités issues de l’opération de certification des appareils mobiles en argent “, lit-on dans ledit communiqué.

Décelant une “opacité ” dans l’opération RAM, l’ODEP recommande ce qui suit à l’Assemblée nationale :

• Interpeller en urgence le ministre des PT-NTIC pour qu’il s’explique d’abord sur l’identité réelle du prestataire, qui bénéficie de 30% des recettes du RAM et dire comment celui-ci à gagner ce marché; ensuite pourquoi le RAM doit être une rémunération des agents de l’ARPTC;

• Initier une commission d’enquête parlementaire pour élucider le contour encore flou du projet ;

• Ordonner la surséance du projet opaque, dont les recettes sont contrôlées en grande partie par des réseaux obscurs.

Signalons que cette taxe de RAM vise l’enregistrement des appareils mobiles moyennant 7 dollars américains pour une durée de six mois.

 

Crispin Kazadi/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée