Désactivation des écoles fonctionnant avec de faux arrêtés : création d’une commission ad hoc pour examiner au cas par cas la situation

Publicité sponsorisée

EPSP Willy Bakonga Wilima

Après la désactivation des écoles fonctionnant avec de faux arrêtés, Willy Bakonga, ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique a dans un communiqué signé jeudi 01 avril dernier, annoncé la création d’une commission ad hoc pour examiner, au cas par cas la situation de ces établissements.

“Il s’agit des écoles datant de l’époque coloniale et celles créées immédiatement après l’indépendance, éligibles à la régularisation collective, c’est à dire les écoles datant de la période d’avant la procédure de création par voie d’arrêté”, lit-on.

Lire aussi

RDC – EPST : après l’enquête de l’IGF au SECOPE, les écoles fonctionnant avec de faux arrêtés désactivées du fichier de paie

En outre, les écoles fonctionnant avec de faux arrêtés mais qui réunissent les conditions requises de viabilité, seront soumises à une régulation de leur situation administrative.

Notons que cette désactivation des écoles fonctionnant avec de faux arrêtés est intervenue après l’enquête de l’IGF au Service de Contrôle et de Paie des Enseignants (SECOPE).

 

J.NK/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée