Sud-Kivu : un chef rebelle condamné à perpétuité pour crimes contre l’humanité

Publicité sponsorisée

Chance Mihonya et Benjamin Mazambi.

Le chef milicien Chance Mihonya a été condamné à perpétuité ce mardi 21 septembre, aux termes des audiences foraines qui se sont déroulées à Katana, dans le territoire de Kabare.

La Cour Militaire du Sud-Kivu a rendu son arrêt dans le procès qui opposait le Ministère Public, les parties civiles au Chef milicien Chance Mihonya et le Major Benjamin Mazambi.

Dans son arrêt, la Cour a reconnu coupable ce chef rebelle de toutes les infractions portées à sa charge par le Ministère public avec un total de 9 chefs d’accusations.

« Le crime contre l’humanité par privation grave de liberté : Entre 2019 et 2020 dans le parc national de Kahuzi Biega, il a été accusé d’avoir arrêté des habitants sans motif, dans les villages Cirehe, Kabushwa, Mabingu, Canyena, Mantu, Cibimbi, Bulindi, Ciduha, Cahoboka, Ishiriza, et autres. Crime contre lhumanité par meurtre, crime contre l’humanité par autres actes inhumains, crime contre lhumanité par viol, Crime de guerre par conscription ou enrôlement denfants, désertion etc », note ce verdict lu en présence d’une foule immense.

Poursuivi pour crime de guerre et crime contre l’humanité pour avoir fourni des munitions au groupe armé de Chance, le Major Mazambi des FARDC, a lui été acquitté par la justice militaire, faute de preuves.

Il sied de signaler que le Chef rebelle Chance Mihonya fut capitaine des Forces Armées de la RDC, mais avait déserté à Nyabibwe dans le territoire de Kalehe, en juillet 2019.

Pascal Digadaiga Ngabo/L’INTERVIEW.CD

Publicité sponsorisée